Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

La Croix de Chamrousse – 26 janvier.

29 Janvier 2014, 11:40am

Publié par yvon

14ème Edition.

Pas de chance ! On aurait aimé avoir le même temps qu’hier. Hélas la météo en a décidé autrement.

La Croix de Chamrousse – 26 janvier.

Le vent souffle fort et à La Croix  on enregistre des rafales à 20 m/s. Dans de telles conditions le téléphérique ne fonctionne pas. Ça va être une course contre la montre pour les bénévoles qui doivent rejoindre leur poste.

Le temps tourne et à 7h30 on peut enfin embarquer dans le téléphérique. Au sommet  la tempête fait rage. Il y a du brouillard et la visibilité est nulle.

Pendant que mes camarades s’éloignent dans le froid je reste au chaud à l’intérieur du poste de secours des pisteurs.

Régulièrement Magnum m’appelle à la radio pour connaitre l’avancement des opérations. Les infos terrain arrivent au compte goutte. Le secteur du Grand Eulier pose problème. Il y a de gros accus. Il n’est pas raisonnable d’envoyer du monde là haut. Modif de parcours, il faut jalonner la brèche sud pour envoyer les coureurs directement au lac Robert.

 

Le départ.

Le départ.

Un peu plus tard c’est le secteur Sorbier Van qui est modifié.

En bas le départ de la course est décalé d’une heure et c’est à 9h30 que les coureurs s’élancent enfin. Entre temps la visibilité s’est améliorée.

Un message radio annonce que les 1ers coureurs sont au Petit Van. Côté organisateur on commence à souffler un peu.

La Croix de Chamrousse – 26 janvier.
La Croix de Chamrousse – 26 janvier.

Et puis un message dans les radios. Je n’ai pas tout compris mais le ton employé n’est pas très rassurant. Un deuxième message un peu plus audible cette fois : Une avalanche vers le col des Lessines déclenchée par des coureurs. Peut être de skieurs sous la neige.

Je chausse mes skis à la hâte pour rejoindre Les Lessines. Au col de La Botte je retrouve Fred et Isabelle qui me montre l’endroit de la coulée. Je vois une grosse cassure vers le pas des Escombailles. J’y arrive un peu plus tard. La plaque est assez importante. Cyril est déjà en recherche avec un coureur.

J’ouvre mon coupe vent puis ma doudoune pour sortir mon ARVA. Putain qu’est ce que c’est long pour faire tout cela.

La plaque du col des Lessines.

La plaque du col des Lessines.

Je commence à balayer la coulée. Aucun signal ! Pareil pour Cyril. Et puis mon ARVA se met à biper. Je ne comprends pas trop pourquoi je ne l’ai pas entendu plus tôt.

Rapidement je comprends ce qu’il se passe. Les coureurs continuent d’arriver sur les lieux de la coulée. C’est leur appareil en émission qui perturbe notre recherche.

Il faut qu’ils passent en mode réception où qu’il s s’éloigne au plus vite.

Ouf, les bips disparaissent. Le silence revient. On balaye encore un moment la coulée mais par bonheur nous ne captons aucun son.

Nous avons aussi la confirmation par un bénévole situé un peu plus bas qu’aucun coureur n’a était enseveli.

Après un moment de flottement la course reprend.  Les coureurs du parcours A sont dirigés vers le parcours B.

Ça ne sera pas simple de faire un classement mais cela est une autre histoire.

Commenter cet article