Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Grand Cheval - Combe du Cerisier - 28 février.

28 Février 2009, 15:41pm

Publié par yvon

La rando qui n’arrive pas au sommet.

 

En principe les veilles de courses je fais une petite sortie tranquille histoire de m’aérer. C’est souvent un Chamechaude ou un Moucherotte. Aujourd’hui j’ai envie d’un peu plus de nouveauté, un peu plus d’isolement. L’aventure est à un quart d’heure de la maison sur le versant méridional du Vercors.

Dans la semaine une sortie sur Volopress a attiré mon attention. Depuis la maison je vois très bien la combe du Cerisier sous les falaises de la Grande Roche Saint Michel. Un rapide coup d’œil aux jumelles me rasure quant à l’enneigement. C’est décidé, j’irai voir ça d’un peu plus près.

 

7h30 à Saint Imbert (alt 980 m). Je chausse les skis dès la sortie du hameau. La route forestière est correctement enneigée. Je la suis tranquillement jusqu’à l’entrée de la Combe du Cerisier. Depuis ce point il n’y a plus de problème d’itinéraire. Il faut simplement remonter la combe jusqu’à venir butter sous les falaises du Grand Cheval. Les traces de mon prédécesseur sont encore un peu visibles et ça me facilite la tâche. Au début de la combe il faut un peu slalomer entre les arbres puis peu à peu la végétation disparaît pour laisser place à un beau couloir qui se redresse progressivement. Dans la partie finale le cheminement devient plus ludique. Il faut faire jouer son sens de l’itinéraire. A ce petit jeu, je n’ai pas trop de mérite, je n’ai qu’à ouvrir un peu les yeux pour trouver les traces des Voloboy. Franchir une petite barre, contourner un éperon, faire une traversée, parfois je me demande où je vais bien arriver.


Enfin vers 1750 m je butte sous la falaise sommitale. Pas la peine de regarder au dessus ça ne va pas plus haut. 100 mètres de dalles verticales interdisent l’accès au sommet. Je pensais avoir un peu de frustration de m’arrêter en pleine pente. En réalité il n’en est rien.  La beauté de l’endroit suffit à elle seule pour éprouver du plaisir. Je me retourne vers la vallée et me sens tout petit. Il ne doit pas y avoir grand monde qui fréquente ces lieux.


Il faut que je songe à la descente maintenant. Le soleil chauffe depuis déjà un moment et la neige est bien humide. Les premiers virages sont négociés avec prudence. Finalement la neige est agréable à skier. Je trouve même encore un peu de poudreuse dans les passages protégés. Un peu plus bas ça se complique quand même un peu. Grosse bonne soupe en forêt. Je rejoins quand même la piste et j’arrive skis aux pieds à la voiture.


Merci à Emmanuel Lefolgoc pour l'idée et la trace.

Commenter cet article

MLF 28/02/2009 22:32

Une belle petite sortie rapide à deux pas de Grenoble Sympa ton reportage...Bonne continuation.Manu