Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

La Prom’Gélas – 13 mai.

16 Mai 2012, 16:35pm

Publié par yvon

Ce projet mûrissait dans mon esprit depuis plus de 2 ans. J’avais pourtant appelé Marc plusieurs fois pour avoir des renseignements sur cette course atypique mais pour diverses raisons il n’avait jamais abouti.
La Prom’ Gélas ne ressemble à aucune autre course. ‘’Prom’’ pour Promenade des Anglais. Gélas, comme la Cime du Gélas (3143 m) qui est le plus haut sommet des Alpes maritimes. Les choses étant ainsi, il y avait fort à parier qu'un jour quelqu'un trouve à rallier la Grande Bleue au point culminant du Mercantour.
La première édition de la course remonte à 2010 où sous l’impulsion de quelques passionnés la course voit le jour. Ils sont une poignée à se donner rendez-vous à 4 heures du mat. sur la Promenade pour rejoindre en vélo La Madone de Fenestre. Là ils récupèrent leurs skis et partent gravir Le Gélas. La course était née.

Hiv
Prom-Gelas-afterer 2012. La saison a été peu enneigée sur le Mercantour. Dans les semaines qui précédent la course les organisateurs ne savent encore pas trop si la partie à ski sera suffisamment enneigée. Ils envisagent même un instant de faire monter les coureurs à pied au sommet. Début avril c’est la catastrophe. Il n’y a quasiment pas de neige au départ et à ce rythme il ne restera pas grand-chose dans un mois. Et puis il y a un petit miracle. A partir de mi avril la neige se met à tomber et l’espoir renaît. Début mai on skie quasiment à La Madone.


Samedi 12 mai. Nous arrivons à Nice en début d’aprem. Pas le temps de profiter de la Méditerranée. Après avoir galéré un bon moment pour se garer (on fait comme tout le monde on reste en double file), on passe à La Roue Libre récupérer les dossards et faire contrôler les vélos. Rencontre avec Patrice un des organisateurs de la course qui nous donne les dernières infos.
On n’en a pas encore terminé. Il faut à présent filer à Alticoop déposer le matos de skis qui sera monté  en camion à La Madone. Surtout ne rien oublier sous peine de grosse galère demain à la transition.
La fin de journée passe plus paisiblement. On prend possession de notre logement (à 2 pas du départ) et en soirée on se fait un bon resto. La belle vie quoi !

Dimanche 13 mai.
4 heures du mat. les  derniers noctambules sont encore dans la rue. Peu à peu le Théâtre de Verdure voit arriver des cyclistes venant des rues adjacentes. Dernier briefing avant le départ.


13-prom-gelas 4099

  Bientôt le départ.


Les 50 premiers kilomètres sont neutralisés. Le peloton va rouler derrière une voiture ouvreuse jusqu’à Lantosque. Ensuite les choses sérieuses pourront commencer.

 

top-depart,42016-3
4 h 33. Le peloton s’élance pour l’aventure. On remonte la Promenade des Anglais en rencontrant quelques drôles de personnes sur notre chemin. Talons aiguilles et mini jupes, elles ne vont sûrement pas à La Madone celles là…
Jusqu’à Lantosque nous avons le temps de faire connaissance. Ça roule tranquillement mais régulièrement derrière la voiture. En 50 bornes on prend 500 mètres de déniv, pas de quoi fouetter un chat. De chaque côté des motards sont là pour sécuriser les carrefours et la police à l’arrière ferme la marche. Pour peu on se croirait sur le Tour de France.


gorge-de-la-vesubie,42016-8  Dans les gorges de la Vésubie.


La nuit les kilomètres passent rapidement et à 6h40 on peu faire une petite pause à Lantosque. Le temps de faire le plein d’eau, de manger une barre et il faut déjà repartir.


13-prom-gelas 410613-prom-gelas 4108


P1040969Là les choses changent rapidement. La vitesse monte d’un ton, ce n’est pas le moment de s’endormir. Il faut tout de suite prendre les bonnes roues. Les groupes se sont formés. J’ai réussi à me retrouver dans le bon wagon (nous sommes 11) et j’espère bien y rester jusqu’à Saint Martin en Vésubie. Pas question pour moi de montrer le bout du nez devant, je n’en n'ai pas les moyens. Comme souvent en pareilles circonstances ça roule par à-coup. Sur une course purement vélo ce n’est pas bien grave mais ici quand on sait ce qui nous attend on se dit que ça ferra mal un peu plus tard.

Passé Saint Martin les choses sérieuses commencent. Il reste 13 kilomètres pour rejoindre La Madone. 13 kilomètres de montée difficile avec des passages bien raides. Le groupe explose dès les premières rampes. J’essaie de me souvenir ce que m’ont raconté les locaux. Les 4 premiers kilomètres sont difficiles et ensuite la pente se calme un peu. Je commence prudemment l’ascension. Surtout ne pas se griller trop tôt car la montée est longue. Je jette régulièrement un œil sur mon compteur pour me rendre compte du chemin qu’il me reste. Finalement ça se passe plutôt bien et après 1h37’ j’arrive à La Madone de Fenestre. Je suis en huitième position mais pour l’instant ce n’est pas ma préoccupation première.
Je laisse mon vélo à un bénévole. Marc m’encourage. Ça me fait plaisir de le revoir.
Vite, mon sac pour me changer. La combine, les peaux, l’ARVA. Surtout ne rien oublier. J’avais préparé le matos à l’avance mais dans la précipitation je manque oublier les gants. Ouf, ils sont là, au fond du sac.


DSC04809

Transition à La Madone de Fenestre.


Le départ de cette seconde partie se fait skis sur le sac. Il n’y a pas de neige au début. Je reste en baskets préférant porter mes XP jusqu’au 2ème contrôle. J’aperçois devant moi quelques coureurs. Ça m’encourage à accélérer un peu l’allure. Il ne reste plus que 1200 mètres et la forme est là. Je double rapidement 2 concurrents puis un peu plus haut j’en ai à nouveau 2 autres dans le viseur. J’en rattrape un au point de contrôle. Je m’arrêter pour mettre les chaussures. La manip ne me fait pas perdre beaucoup de temps et je préserve ma place. On continue encore un moment à pied avant de pouvoir chausser. Dans la manip je gagne à nouveau une place.


13-prom-gelas 411013-prom-gelas 4111

L'arrivée au Balcon du Gélas.


Le changement de rythme est éprouvant. La fatigue commence à se faire sentir. J’ai l’impression de ne pas avancer, d’ailleurs je n’avance pas. Au sortir d’un ressaut j’aperçois à nouveau du monde devant. Ils me paraissent bien loin.  Là c’est certain, je ne pourrai plus gagner de place.  Il faut juste que je conserve la mienne.


13-prom-gelas 411713-prom-gelas 4122

Bientôt la délivrance.


J’aperçois Le Balcon du Gelas qui marque la fin de la course. Il doit encore rester 200 mètres de déniv et je commence à trouver le temps long. Heureusement je croise Patrick qui redescend. Il vient d’en terminer. Ses encouragements me font du bien. Je me force à ne pas ralentir l’allure et à ne plus regarder en haut. Je reste l’œil rivé sur mes spatules m’appliquant à chaque conversion pour ne pas laisser zipper un ski.


13-prom-gelas 4124


J’entends des voix. Non je ne suis pas la réincarnation de Jeanne d’Arc. Ce sont les contrôleurs au sommet qui  m’encouragent.


13-prom-gelas 4127

Les 100 derniers mètres.

 

5h56’ après avoir quitté la Promenade des Anglais à Nice, je franchis la ligne d’arrivée sur le Balcon du Gélas. Quelques minutes après moi, arrive un concurrent italien visiblement éprouvé lui aussi. On se congratule. Sur une telle course même si le classement a son importance, on est plus complice qu’adversaire.
La descente se ferra sur une neige excellente. Non je déconne, c’était une soupe infâme. A l’arrivée sur La Madone tous les concurrents on droit à leur lot d’encouragements. Ça fait chaud au cœur.


13-prom-gelas-4139-copie-1.JPG

Les piliers de la Prom'Gélas.


Coureurs, organisateurs, et bénévoles, tout le monde se retrouve autour d’un bon repas d’après course.

La journée se termine par la remise des prix puis c’est le retour sur Nice sous une pluie battante.
On a pu enfin profiter d’une fin de week-end détente. Pas besoin de somnifère pour s’endormir…


13-prom-gelas 4150

De retour de la Prom'Gélas.

 

Le bilan de la course : L’idée d’une telle course est originale. Une organisation au top. La partie en vélo était très bien sécurisée. On a pu rouler sereinement sans se soucier de la circulation.  
Il faut venir bien préparé si on ne veut pas trop souffrir. Pas facile avec la météo de cette année pour accumuler les km en vélo.
Un grand merci à toute l’équipe d’organisation et aux bénévoles qui nous offrent une course fabuleuse.

Les résultats.

Commenter cet article

Annick et JJ 19/05/2012 08:58


...."le plateau
était relevé cette année puisque le podium vétéran regroupait un Haut-Savoyard (Patrick Rassat), un Grenoblois (Yvon Scremin) et un Italien de Cuneo (Valter Martinet)"... On lit mal sur la photo
de ton article. (provenance Skitour). Bravo, vieux!

Pierrot 18/05/2012 23:41


Toutes mes félicitations Yvon.


Chapeau bas. Ta photo au milieu des voitures on dirait le tour de France


Manquait plus qu'une petite séance de natation de 3 km à 4h du mat...


Pierrot

jp 18/05/2012 17:30


Une épreuve qui semble magnifique ! Bravo pour ta course et ton récit.

Dany 18/05/2012 16:56


Récit passionné et fidèle pour une
épreuve de grande envergure.


Superbe concept ce départ du bord mer.


Félicitations pour ta 4° place. L'entraînement paye.


Biz