Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Niesenlauf - 2 juin.

4 Juin 2012, 07:05am

Publié par yvon

Le plus long escalier du monde.

 

 

C’est en 2009 à Fully que j’entends pour la première fois parler de Niesenlauf. Une compète un peu hors normes où l’itinéraire remonte l’escalier de service d’un funiculaire.
1671 m de déniv, 3,4 Km de distance, 11674 marches à gravir. C’est le plus long escalier du monde.


niesen2Le tracé.


Hiver 2012, les inscriptions sont ouvertes. Il faut vite se décider car les 250 places sont rapidement prises d’assaut.

Vendredi après midi, nous nous rendons à Mülenen dans l’Oberland. Une fois sur place on installe le camping car sur le parking du funiculaire. Demain matin on sera sur place.
Un énorme plat de pates arrosé d’un bon vin clôture la soirée.


Niesen6

L'ombre du Niesen sur le lac de Thoune.

 

Samedi 6 heures du mat. Après un bon petit déjeuner on file récupérer les dossards.
La course se fait en contre la montre. 3 coureurs s’élancent en même temps toutes les 20 secondes. Je note mon heure de départ : 7h49’20’’. La précision Suisse.


02-niesenlauf 4388Gare de départ.

 

J’ai un peu de temps devant moi et mon petit doigt me dit qu’il ne faut pas négliger l’échauffement.
Cinq minutes avant l’heure je rejoins la gare de départ du funi. On nous appelle par numéro de dossard. Je ne capte pas grand-chose mais il n’y a qu’à suivre les autres concurrents.  


02-niesenlauf 4372

 

On se retrouve 3 devant le starter qui décompte les 5 dernières secondes.
C’est parti pour les 11674 marches qui nous séparent du sommet. Après 50 mètres de déniv la pente se redresse brutalement. Fini la course, place à la marche.


02-niesenlauf 4385

Les 100 premiers mètres.

 

293392 136278293140479 662099697 nAu début on remonte une longue série de marches en caillebotis métalliques. A force de regarder où l’on pose les pieds ça fini par faire tourner la tête. Je jette parfois un coup d’œil vers le haut. L’escalier monte à perte de vue. J’aperçois tout là haut un tunnel. Ça doit être le sommet du premier tronçon. Il me parait assez proche mais les distances sont trompeuses. Je gère au mieux les dépassements. Les marches sont parfois bien étroites et il faut se serrer au maximum pour laisser la place à un concurrent plus rapide. Parfois pour doubler je passe sur la partie centrale entre les rails du funi. Il n’y a pas de marche mais c’est souvent un bon moyen pour doubler plusieurs coureurs sans trop se fatiguer.
La gare intermédiaire de Schwandegg est en vue. 1000 mètres de course. Il en reste un peu moins de 700 à négocier.
Je préfère largement les marches en pierre. Quand même plus sympa à gravir même si elles sont souvent plus irrégulières.
 A nouveau on entre dans un tunnel. Les rails se dédoublent. C’est l’endroit où les funiculaires se croisent. Ça veut donc dire que je me trouve à mi parcours du deuxième tronçon. Plus que 350 mètres. A la sortie du tunnel on aperçoit le sommet du Niesen.

 316986 136279766473665 134727693295539 125646 1220403682 n
Il reste encore une longue volée de marches métalliques avant de parvenir à la gare supérieure.
On replonge une dernière fois dans le noir. Là haut je distingue le wagon rouge du funi. L’arrivée est cette fois à porté de main.


DSC04863DSC04865

L'arrivée est en vue.


Je sors enfin dans la lumière du jour. Il y a plein de monde. Je continue en courant. Encore des marches puis au dessus on devine le sommet. Une banderole sur laquelle est écrit ‘’ ziel’’. ARRIVEE. J’ai encore suffisamment d’énergie pour comprendre que je touche au but.
Top chrono. 1H29’42’’ pour venir à bout des 11674 marches de Niesenlauf.


02-niesenlauf 4392
Les centaines de marches enchainées à La Bastille ont été profitables mais ici on entre dans un autre monde. C’est La Bastille puissance 10.


02-niesenlauf 4402

Les 200 derniers mètres.

 

Après la course on peut enfin profiter du paysage. Juste en face on découvre les fabuleux sommets de l’Oberland bernois. La Jungfrau, le Mönch, l’Eiger. Quel spectacle !


02-niesenlauf-4422.jpg

L'Eiger, le Mönch et la Jungfrau.

 

La descente se fait par le rail. On peut se rendre compte de la raideur du parcours. Impressionnant l’audace qu’on eut les suisses au début des années 1900 pour construire un tel ouvrage. 

 

Les résultats.

Commenter cet article

Will 07/07/2014 13:36

Je découvre par hasard cette course de dingue ^^ et ton site !
Coup double pour une belle découverte !
A+ Will

TWA 13/06/2012 21:43


Yvon, t'es vraiment le meilleur pour dégoter des trucs aussi ouf!


Bravo!

jan le yéti 04/06/2012 19:44


Salut Yvon.


Excellent cette course, et bravo pour ton temps !


Sans parler du temps du vainqueur, qui passe sous l'heure...


A +