Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Tour des Aiguilles d'Arves - 11 et 12 septembre.

13 Septembre 2010, 22:21pm

Publié par yvon

Faire d’une pierre trois coups.

 

Voilà un moment que ce tour me trottait dans la tête. Après avoir passé pas mal de temps à regarder les cartes je me suis vite rendu compte qu’il faudrait prévoir pas mal de portage pour boucler cet itinéraire.

Lorsque je parle de ce projet à Nico il est tout de suite intéressé. Reste à trouver le week-end propice pour réaliser ce périple.

 11-tour-des-aiguilles-d-arves 8232

 

Samedi 8 heures. 1ère étape Valloire - Les Hières.

 

Nico à réussi à convaincre Greg et Loïc. Nous serons donc quatre pour ce périple.

La première montée vers le Pain de Sucre est plutôt tranquille. Ça commence par un peu de route puis rapidement nous sommes sur un joli sentier. Première rencontre avec les patous peu avant le col. Heureusement le berger n’est pas très loin et les chiens peu agressifs.

La descente sur Prario se passe sur un petit single en forêt. Aucune difficulté néanmoins Nico en profite pour faire une belle cabriole dans les arcosses ;-)


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8226

Direction à présent le col d’Emy. Je n’avais jamais mis les pieds dans ce secteur en été. La piste s’élève dans les alpages jusqu’au captage d’eau. Bien vite il faut porter les VTT. A proximité du col nous nous accordons une petite pose. Il y a un peu de vent mais le ciel est toujours aussi bleu.

On aperçoit là-bas tout au loin le col de Martignare. Ça sera l’ultime montée du jour mais pour l’heure le col nous parait encore bien éloigné.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8229

Sur l’autre versant nous basculons en Pays dArves.  La descente est de toutes beautés. Le sentier navigue dans une grande zone de schiste. Les épingles s’enchaînent bien mais il faut tout de même rester vigilant car la pente est raide.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8240

La remonté de la partie inférieure du vallon de Basse Gerbier va nous couter pas mal d’énergie. Je pense que vouloir à tout prix garder la courbe de niveau pour ne  pas trop perdre d‘altitude n’était pas la meilleure solution. Bref on a passé plus  d’une heure à faire les sangliers à travers les ravines et les arcosses.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8257

Au niveau des dernières bergeries nous faisons le plein de flotte.

Il nous faudra encore un bon portage pour rejoindre la Basse du Gerbier. Le paysage et la configuration du terrain sont vraiment typiques du pays d’Arves. De grands vallonnements herbeux s’étendent à perte de vue. C’est un endroit magnifique au pied des aiguilles d’Arves. Difficile de trouver plus beau belvédère pour observer les aiguilles.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8271

Passé ce moment contemplatif il nous faut poursuivre. Nous descendons au chalet de Rieu Blanc. Il n’y a pas de sentier et c’est à vue que nous rejoignons le torrent de l’Arvette. Un peu en dessous on peut apercevoir les ruines du chalet de la Saussaz. Il est assez impressionnant de penser qu’il y a quelques siècles des hommes sont venus construire ici une telle bâtisse.

Nous sommes à présent au pied du mur. Le col de Martignare est perché 700 mètres plus haut. Il faut tout d’abord remonter les raides pentes de La Tranchée.


P9113971

 

Toujours pas de chemin et lorsque l’on arrive à trouver une vague sente on concentre toute notre énergie pour ne pas la perdre. Une petite erreur d’appréciation nous conduit un peu trop haut sur la crête du Jétolet. On se serait bien passé de ces cent mètres supplémentaire. Après une petite redescente on peut faire quelques dizaines de mètres sur les vélos. Le plaisir est de courte duré et il nous faut bien vite remettre les bikes sur le dos.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8273

 

Enfin, après un dernier effort le col est en vue. La Meije apparait enfin à nos yeux. Le tour des aiguilles d’Arves est presque dans la poche.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8277

 

Ce n’en est pas fini pour autant. Il nous reste à rejoindre le Pic de la Buffe d’En Haut, véritable sésame pour finir en beauté par l’arête –magique- des Buffes.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8285

Lorsque nous arrivons à La Cime un peu plus tard, la nuit n’est plus très loin. 

Après la douche on s’est gavé de pates, bière et genépi... La nuit fut réparatrice (ou pas). 

 

Dimanche 8 heures. 2ème étape Les Hières - Valloire. 

Personne n’est bien pressé de partir. On commence par un bon petit dej puis Greg répare ces chambres à air percées.

Une heure plus tard nous quittons La Cime. Contrairement à la journée précédant, aujourd’hui je connais entièrement le parcours. La piste de Valfroide en guise d’échauffement puis une belle série de sentiers permettent de rejoindre L’Aiguillon puis le lac du Pontet.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8302

 

Sous le village des Cours  on rejoint la route du Lautaret. Le GR nous conduit ensuite au col.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8312

 

Une petite descente versant Guisane  nous amène pied de la seule difficulté du jour : Le col du Galibier.

On est montés tranquillement par l’ancienne route. Dire qu’au début du XXe siècle les coureurs du Tour de France passaient par là avec des vélos dépourvus de dérailleur… Respect.

On retrouve la route pour le dernier kilomètre. On ne résiste pas à l’idée de se tirer la bourre avec un routard. Vexé de se faire rattraper par Nico celui-ci il se dépouillera pour éviter l’affront.


11-tour-des-aiguilles-d-arves 8318

Un peu en dessous le col on bascule dans la Combe de Mortavieille. Le sentier est bien roulant. Un peu plus bas, de retour sur la route il ne reste plus qu’à suivre le GR qui nous ramène à Valloire

 

Bilan : Un beau voyage en Pays d’Arves entre Savoie et Hautes Alpes. On a fait d’une pierre 3 coups : Tour des Aiguilles d’Arves, des Aiguilles de la Saussaz et du Goléon. Je voulais partir seul sur ce tour en juillet dernier mais je suis heureux de l’avoir partagé avec Nico, Greg et Loïc.

La première étape Valloire - les Hières est difficile.  Quasiment 60 kilomètres pour 3300 mètre de déniv. Il y a beaucoup de portage et les descentes ne sont pas de tout repos. Une fois passé la Basse du Gerbier, on quitte la civilisation pour ne la retrouver qu ‘en fin de parcours.

Le deuxième jour est une étape de repos. Une petite quarantaine de kilomètres pour 1300 mètres de D+. ça descend tout le long…

Commenter cet article

Jean-Claude 20/09/2010 23:33



Superbe, vraiment magnifique .... Chapeau !!!



Dany 18/09/2010 20:13







L'effort humain n'a pas de savoir-vivre 


l'effort humain n'a pas l'âge de raison 


l'effort humain a l'âge des casernes


 l'âge des bagnes et des prisons 


l'âge des églises et des usines 


l'âge des canons.


(Jacques Prévert)


La météo vous a gâtés. Magnifiques
paysages. BRAVO ! 






 


 


 


 



[






Matthieu 17/09/2010 22:46



Costaud quand même!


Merci pour les photos, ça déchire!



jp 14/09/2010 16:50



Bravo les gars ! Superbe tour et superbes photos.



nicnic38 13/09/2010 23:51



Le tour semble jouable à la journée... Avec un départ très matinal, lors des jours les plus longs de l'année et surtout avec une bonne dose de volonté...


Peut être en 2011...