Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Troféo Mezzalama – 1 mai.

5 Mai 2011, 15:55pm

Publié par yvon

The race.

 

Enfin nous y sommes ! Pas facile de rester motivé pour les courses qui se déroulent tard en saison. C’est la période où l’on a repris des activités estivales et même si le ski fait toujours parti des sorties du moment on le pratique tout de même de façon moins régulière.

Après une saison de courses quelque peu troublée pour moi (Pas de dossard à La Pierra Menta, abandon à la Grande Trace, oubli de mes chaussures à La Belle Etoile) j’avais du mal à me situer. Le gros coup de fatigue des semaines précédentes n’était pas fait pour me rassurer.

J’ai alterné sorties vélo et séances de récup en espérant que ce programme allégé serait profitable pour affronter le Troféo Mazzalama.

Pour ce genre de course il est préférable d’avoir une bonne forme. Près de 3000 mètres de D+ et plus de 40 bornes, le tout sur des sommets de plus de 4000 mètres. C’est LA course que tous skieurs ce doit un jour de faire.

Samedi 30 avril en fin d’aprem. Avec Guitoune et Nico on débarque à Valgrisenche pour assister au briefing et récupérer nos dossards.


mezzalama 013

On rencontre les copains et après avoir échangé quelques mots on rejoint nos hôtels respectifs. Les 400 équipes inscrites à la course sont réparties dans les différents hôtels de Cervinia. L’accueil au Club Med est tip top même s’il a fallu un peu jouer des coudes pour le repas. Le cuistot a quelque peu été surpris par les quantités de pates que les coureurs on dévoré.

 mezzalama 017

 

Dimanche 1er mai 4 H du mat. Pas facile de sortir du lit. Heureusement tout a été préparé la veille. Les dossards sont épinglés sur les combines et les sacs sont prêts.


mezzalama 018

A 5 Heures on entre dans le parc de départ. C’est assez impressionnant de voir les 1200 coureurs s’entasser derrière la ligne.


mezzalama 024

A 5H45, avec un quart d’heure de retard la course est lancée.


mezzalama 025

 

C’est parti pour 1800 mètres de déniv pour rejoindre le col du Breithorn. La marée humaine s’élance sur les pistes de Cervinia. Ça bouchonne au maximum et il n’est pas facile de se faufiler. En fait il faut prendre son mal en patience et ne pas s’affoler. Après une centaine de mètres de déniv, je perds une peau. Le tendeur à cassé sans doute ai-je taper le ski d’un concurrent. J’ai juste le temps de crier mon problème à Guitoune qui est devant moi.  Je n’ai pas perdu beaucoup de temps pour me dépanner mais lorsque je repars je suis bon dernier. Ça commence bien !

Nico et Guitoune m’entendent un peu plus haut, je les rejoins et nous reprenons notre progression.  De temps en temps on jette un coup d’œil au chrono histoire de savoir où nous en sommes. Ça serait dommage de se faire recaler au premier barrage horaire. 2H30 pour rejoindre le col du Breithorn 1800 mètres plus haut ça parait suffisant mais l’altitude et surtout les bouchons du départ viennent un peu contrarier le rythme.

On arrive au premier contrôle avec un peu de marge. Il fait froid et le tuyau du Camel est gelé depuis longtemps. Heureusement il y a des ravitos tout le long du parcours et les organisateurs sont au top pour nous tendre des gobelets de thé.


mezzalama 029

A partir de là une grande traversée  nous attend pour arriver au pied de Castor. Vers 3800 mètres nous chaussons les crampons pour rejoindre le sommet. Ça bouchonne au passage de la rimaye et l’on passe de longs moments sans beaucoup avancer.


P1010187

 

Le point positif c’est que ça permet de récupérer un peu mais revers de la médaille on  se caille un max. Sur l’arête sommitale il y a de fortes rafales de vent mais dès le sommet passé on est un peu plus à l’abri et la température remonte de quelques degrés.


mezzalama 032

La descente encordée se passe sans trop de souci mais il faut en permanence rester vigilent si on ne veut pas se retrouver emmêler dans la corde.


mezzalama 031

Nous sommes à présent en vue du dernier gros objectif de la course : Le Nazo del Lyskamm. Il nous semble tout à côté mais en réalité on va passer pas mal de temps pour le rejoindre.

L’altitude se fait sentir et le froid est toujours bien présent. Enfin on arrive en vue du sommet. Un dernier passage à pied (où ça bouchonne encore) et nous foulons enfin la cime.


mezzalama 034

Il reste une longue descente pour atteindre le Graal. On pourrait penser qu’il n’y a qu’à se laisser glisser jusqu’à Gressonney 2500 mètres plus bas mais la descente est bien longue. Une petite remontée en skating (toujours encordés) à près de 4000 mètres d’altitude nous met à rude épreuve.

Enfin on commence à voir du monde à pied, l’arrivée n’est plus très loin. Un peu avant Gressoney nous devons déchausser. Il n’y a plus de neige et c’est à pied que nous franchissons la ligne d’arrivée au centre du village.

On récupère rapidement nos sacs. Quel plaisir de quitter les chaussures et de marcher pieds nus dans l’herbe. On retrouve les copains, on échange nos impressions. De l’avis de tous, Le Mezza est une des courses les plus difficiles du circuit. Le deniv (près de 3000 m), la distance (43 Km) et surtout l’altitude (plusieurs sommets à plus de 4000 mètres) contribuent grandement à la difficulté de cette compète hors norme.

Sur 400 équipes au départ seulement 250 franchiront la ligne d’arrivée à Gressoney. C’est surement un signe.

La journée n’est pas terminée. Il faut prendre une navette qui après 2 heures de route nous ramène à Cervinia.


mezzalama 041

Il est temps d’aller fêter la réussite devant une bonne bière et penser aux prochain rendez-vous.

Commenter cet article

Dany 06/05/2011 19:11



Belle équipe d'assoiffés 


Itinéraire majestueux sous un soleil inouï. Photos à l'appui réussies.


Tous mes applaudissements.


Biz