Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

28ème Pierra Menta - 21 au 24 mars.

28 Mars 2013, 20:49pm

Publié par yvon

Pour poursuivre l’esprit d’équipe qui règne sur la Pierra Menta, cet article a été écrit conjointement par Nico et moi-même.

La plume de Nico pour la 1ère et 2ème étape. Les 2 dernières me revenant.

Ensemble jusqu’au dernier mètre.

 

 

logo-areches90En route...

Ça fait 4 ans qu'on y croit... qu'on fait le dossier qui va bien...

Et finalement c'est cette année la bonne...

L’obtention du sésame n'a pas été facile, et nous avons cru encore une fois être hors course jusqu'à très tard...

L'assiduité à l’entraînement en avait un peu pâti... enfin pour ceux que ne skient pas en semaine...

 

Enfin bref nous voilà mercredi aprèm avec Guitoune et Yvon sur le route de Arêches avec la banane comme jamais.

 

Nous sommes logés avec 4 autres drilles du DSA (ou consort) : Julien & Max et Xavier & Bertrand.

Le logement est un superbe chalet à deux pas du départ et avec toutes les commodités... Royal !

La soirée passe vite : briefing, repas, préparation du matos... un peu de papotage et c'est l'heure d'aller dormir.

 24-pierra-menta 7772

 


logo-pierramentaJeudi 21 - Etape 1 (Cote 1906 - Lac Couvert - Roche Plane – Cote 1906)

 

Lever 6h00, petit dej au chalet : un luxe.

C'est parti pour l'échauffement... grosso modo, on se rend sur la ligne de départ en montant un peu au dessus.

C'est l'occasion de saluer tout les heureux sélectionnés du DSA et d'ailleurs.

 

Trois lignes : une pour les cadors... une pour les champions et une pour les poireaux.

6 montées au programme, 2400m et des poussières...

 488143_513240225381026_1230275013_n.jpg

 

Et BIM !

La première se passe plutôt bien, malgré la cohue : Les 30 mètres de large y sont pour quelque chose... et surtout, elle ne fait que 100m...

Après une petite descente et un passage à pied nous voilà dans le vif du sujet : 700m de D+.

Y a encore pas mal de monde, mais en restant zen tout se passe bien... je perds un ski (un détail)... puis une peau... On fera mieux demain.

 

Yvon : Petit problème de peaux que je peux régler sans avoir la pression car Nico est un peu derrière moi à ce moment de la course. Je m’arrête pour la recoller correctement.

 pm1


Tout se passe bien : j'ai Yvon en point de mire... sans doute 2 minutes, compte tenu de mes déboires... Mais pas la peine de s'énerver, la course va se jouer sur 4 jours... Du coup, je suis dans un rythme nickel... et double de temps en temps mais dépense excessive d’énergie.


Yvon : Premier sommet. J’ai le temps de faire ma manip et de m’alimenter. Nico arrive, je l’aide un peu dans sa manip et nous partons pour la première vraie descente.


En haut de la bosse (Cote 1906), Yvon me plie une peau... Nous voilà dans la descente avec Guitoune et Manu.

 

P1040180


La première partie passe bien, mais une zone plus bosselée me rappelle que je n'ai pas encore leur niveau... 2 chutes et quelques doutes... la fin est pas trop sympa... mais je me remonte le moral avec un gars qui galère comme moi... Enfin la route et Yvon qui m'attends.

Un peu de course à pied pour venir commencer la difficulté du jour : 1000m d'une traite.

Les espaces sont faits et l'on peut assez bien prendre son rythme de croisière. Et ça nous réussit pas trop mal : on remonte doucement des équipes... c'est motivant car ce sont des connaissances (Xavier & Bébert et la skitour team)... Mais la motivation va dans les deux sens et ils « s'accrochent » à nous... c'est de bonne guerre.

La fin de montée sera un peu plus délicate pour Yvon qui a un coup de moins bien, un peu avant les 100 derniers mètres qui se font à pied.


Yvon : Je ne l’ai pas senti venir cette maudite crampe. J’étire mon mollet. Je ne sais pas si ça a un lien mais au même moment je sens une grosse fatigue m’accabler. Perte de son jusqu’au portage. Je me rassure en pensant que ça ira mieux dans la partie à pied mais rien de telle ne se produit et je perds l’image. Va falloir gérer la fin d’étape.

 

pm4


 Ça fait plaisir de voir quelques copains sur le bord de la trace... ça motive bien. Nous voilà au sommet de Roche Plane.

 

Une petite descente nous attend. Neige changeante et je fais un gros soleil juste avant une petite remontée... Damned !

Allez, on ne lâche rien... Yvon m'aide à mettre une peau. Encore deux petites montées de 100m...

Yvon gère sa montée et je prends un peu d'avance pour pouvoir aider Yvon en haut de la bosse (re Côte 1906).


Yvon : En fait je ne gère rien du tout, je subis.

 

pm2

 


La grande descente qui suit va plutôt bien se passer, je suis les trajectoires d'Yvon et tache de ne pas mettre les cuisses en surfusion...

Pas trop mal...

La dernière remontée se fait au train... au mieux... on est bien content d'enlever les peaux... pour filer jusqu'à l'arrivée... Une bonne chose de faite !!!!

La suite sera la même au cours des 3 premiers jours : On rentre pour la douche... le repas... la sieste... un petit massage... et surtout pas mal de bavardage sur le ski-alp... en attendant le repas du soir...

Monomaniaque ??? Un peu sans doute.

 

 

logo-pierramentaVendredi 22 - Etape 2 (Grands Plans – Roche Parstire – Couvercle - Cuvy)

 

C’est la grosse journée : 2800 m en 6 montées...

Départ 7h.

Comme hier ça part fort sur les 100 premiers mètres... On enchaîne ensuite une descente sur Arêches, où le fartage de mercredi ne suffit plus...  je me fais doubler par des dizaines d'équipes...


Yvon : Nico a du farter à la tartiflette ce matin…

 

En bas, on met les skis sur le dos et l'on part à pied dans les rues d'Arêches... Pas mal de monde est là pour nous encourager... Après 2 trop longs kilomètres, nous posons les skis. C'est parti pour 1000 mètres de montée. C'est encore un peu la cohue pour mettre les skis... Nous nous mettons dans la file ininterrompue... Yvon, en fin renard (en Groin d’Or tu veux dire) se faufile savamment dans les trous... je tâche de garder le contact. Et mine de rien ça marche pas trop mal. On rejoint François et Benoît au tiers de la montée... Aller on ne lâche pas le tempo.

La montée ne passe pas si mal finalement... Les petits coups d’œil complices avec son équipier... ça aussi c'est de grands moments de course... Rien besoin de dire... la connexion est totale. La Cordée.

 24-pierra-menta-2314.jpg

 

Nous voilà aux Grands Plans...

Une descente bien maitrisée nous permet d'arriver à l'Outard assez rapidement. La Roche Parstire n'a qu'à bien se tenir. Nous montons à bon rythme avec Yvon... Et bon gré mal gré, on reprend un peu du monde. Une nouvelle petite descente va permettre de se réchauffer les cuisses... enfin c'est une expression, car la température est parfaite malgré le soleil qui tape.

Un long faux-plat descendant va nous permettre de voir Bébert et Xavier au loin... Miam miam... on va se les faire !!!

Ce plat va aussi nous permettre d'admirer la Pierra Menta... reine de la région. Mais il faut garder le file et s’efforcer de faire glisser le plus possible.

 

24-pierra-menta 2317


Nous voilà dans la dernière grosse difficulté du jour : le Couvercle, presque 700m de D+.

Nous sommes au bon tempo... Comme d'hab Yvon fait le rythme et je me calle... en roulant ma clope... Non, je déconne... A la montée, nos niveaux sont homogènes. Je ne parlerai pas de descente... peut-être en fin d'étape...

Nous remontons donc doucement sur quelques équipes et notamment nos colocataires... C'est assez plaisant d'ailleurs.

Au sommet, clic clac, on file déjà dans la pente... descente plutôt sympa... Les spécialistes ont dit que cette année la neige était exigeante... faudra que je revienne avec une neige facile...

 

524924 432945650124673 1490301213 n


Après une petite remontée (Bébert & Xav nous ont rejoint), nous repartons à la descente, au fond d'un vallon et on s'enquiquine un peu pour doubler dans une monotrace sur une piste... Y a pas moyen.. Si tu te décales, tu perds 10m... Il faut prendre son mal en patience... On finira par doubler...

Nous arrivons tout les 4 en même temps à Sainte Barbe. Dernière montée du jour, avec 336 m de D+. Je vais la trouver interminable...


Yvon : Ma dernière Pierra remonte à l’année 2000 mais je me souviens très bien de la remontée à Cuvy. Je sais qu’il faut rester sage au départ. Visiblement Bébert et Xav ne voient pas les choses sous le même angle et repartent le couteau entre les dents.

On se fait un peu distancer mais vers mi pente on a recollé.

Par fierté plus que par envie je mets un point d’honneur a arriver au sommet avant eux…


Les supporteurs placés dans la pente vont nous faire espérer une arrivée précoce au sommet, et surtout, je pense que je suis un peu en panne de carburant...

Les deux gars ne vont rien lâchés et seront restés collés à nous toutes la montée.

Nous voilà enfin au sommet de Cuvy...

Mais le pire est à venir... après un peu de piste damée, nous entrons dans le vif du sujet : la descente est raide, boisée et bosselée... Le pire moment des 4 jours sans aucun doute... Je peine à enchaîner les virages... je tombe moult fois... Me résigne même parfois à passer en glissade... c'est consternant... Je suis taquet... de chez taquet... Le passage des équipes en bleu me remotive... merci des encouragements... j'en ai besoin...


Yvon : Comme d’hab, la descente de Cuvy est difficile. Nico n’est plus visible dans mon rétro et je ne peux rien pour lui. Je l’attends à la fin des difficultés, visiblement il a bien souffert mais on s’en est sorti…

Je sors enfin de la forêt et du cauchemar... Yvon semble content de me voir... Il me motive. Nous sommes si près du but...

Encore quelques pas de skating et nous pouvons laisser travailler la gravité... Nous passons l'arche !

  

logo-pierramentaTête de Cuvy – Col de la Forclaz – Antécime du Grand Mont – 23 mars.

 

Le grand jour, Le Grand Mont.

Cette année ce sera l’antécime.

 

S’il ne fallait en retenir une seule ce serait celle là. L’étape du Grand Mont. Ceux qui on déjà fait la Pierra en parlent avec émotion. Ceux qui la découvrent pour la première fois savent déjà à quoi s’attendre tellement ils en ont entendu des louanges.

7 heures du mat, le départ est donné. Les premiers mètres se font au pas de course mais rapidement l’allure devient un peu plus humaine.

 

pm3

 

Tout le monde redoute les 400 premiers mètres qui se déroulent sur la piste. Après 3 jours de course la pente semble être encore plus raide. Chacun se concentre sur son effort et les seuls bruits que l’on entend sont ceux des peaux qui grippent sur la neige.


Nico : A 1300m/h, on se serait cru à une montée sèche... Bien content que la piste ne fasse que 400m D+


Après 800 mètres d’ascension la première bosse est en vue. Juste avant le sommet nous recollons au duo Bebert et Xavier qui nous avait distancés un peu plus bas. La descente qui arrive nous fait perdre quelques places mais rien de bien méchant.

 

Nico-Yvon.jpg

 

Notre duo avec Nico est très homogène en montée, en descente c’est un peu plus compliqué mais le Padawan gère au mieux les difficultés.


Nico : oui oui, je gère... Autant que possible... j'évite les arbres et espère que les équipes qui me doublent... comment dire... me doublent...


C’est en revanche la cata pour Bébert qui casse un ski dans une compression. Heureusement il pourra se faire prêter un ski par un contrôleur mais à l’arrivée le bilan sera lourd.

 

P1070989La montée qui arrive à présent va nous permettre de retrouver notre place. Un peu de plat au début puis une longue série de conversions où il faudra avoir de la chance pour choisir la bonne trace. A ce petit jeu je m’en sors pas trop mal et à la sortie de la forêt j’ai une bonne avance sur Nico qui est un peu resté bloqué.


Nico : Mauvaise pioche ! Je me retrouve littéralement scotché dans un bouchon... j'en profite pour boire et manger... Mais je sais qu'ensuite, il va falloir mettre le bleu de chauffe...


Je lève le pied pour qu’il recolle au plus vite. Ça me permet une petite récup qui est la bienvenue.

Le col de la Forclaz n’est plus très loin. IL commence à y avoir beaucoup de personnes sur le bord qui encouragent les concurrents. Parfois on entend même nos prénoms. Les copains sont là, pas toujours facile de les voir ni de les reconnaître mais leurs paroles font chaud au cœur. On entre de plain pied dans l’étape mythique. C’est un peu la folie au passage du col. On est comme porté par la foule.


Nico : ENOOOORME... quelle ambiance... je voudrai resté là pour pouvoir laisser cette joie éclater... je suis au bord des larmes... Mythique... Rarement eut de telles sensations en milieu de course... Mais la course se poursuit.


Dépeautage rapide avant de retrouver un peu de calme et une relative solitude dans la descente qui nous conduit aux chalets de Rougnoux.

On repart pour la dernière grosse montée du jour. Avec Nico, nous sommes skis dans skis. D’ailleurs durant les quatre jours de course nous serons toujours proche l’un de l’autre.

Passage à l’antécime du Grand Mont où la foule nous porte à nouveau. L’ambiance est incroyable, ça donne presque des frissons. Certains diront même avoir eu envie de chialer tellement l’émotion est grande.

Nico : je coule encore... enfin presque... une larme... pffff décidément...

 

23-pierra-menta 2384


Nous plongeons dans la combe nord jusqu’au lac Cornu. Il nous reste 100 mètres de montée pour rejoindre à nouveau le col de la Forclaz. Jérôme est Kévin sont juste à côté de nous. Au sommet nous faisons la manip ensemble.


Nico : 1200m de D- à se tirer la bourre... Un chassé-croisé qui semblait ne jamais vouloir finir... La gravité et mes 85kg feront de déposer les armes à Kevin...


Le duel aura duré jusqu’à la ligne d’arrivée où nous franchissons la ligne quasiment ensemble. Bataille tout le long de la course mais à l’arrivée il n’y a plus d’adversaire, il ne reste que des copains. 

 

24-pierra-menta 7785

 


logo-pierramentaCol de la Bathie – La Legette du Grand Mont – 24 mars.

 

La délivrance.

Presque une étape de repos.

 

Dernier jour de course. On doit avoir une sale gueule ce matin. La motivation est difficile à trouver. Heureusement la météo nous laisse tranquille.


Nico : les petites nuits et les efforts consentis commencent à avoir raison des organismes... dur dur ce matin...


L’étape est courte aujourd’hui. A peine plus de 1600 mètres répartis en 2 montées. Normalement les places sont à peu près acquises, il faut juste veiller à ne pas avoir de problème du côté du matos. Depuis 3 jours il y a eu pas mal de casse et ça serait dommage d’abandonner le dernier jour.

Après un échauffement quasi nul on se dirige une dernière fois dans l’aire de départ. Dernier contrôle ARVA, dernier alignement derrière la rubalise.

7 heures, c’est parti. Les jambes sont dures ce matin mais tout le monde part à bloc sur la piste. Ça ralenti un peu à l’entrée des traces et ce n’est pas plus mal. 


P1080043P1070990


Nico : Finalement les tumultes de la course nous ont réveillés de notre torpeur. La gnac revient avec l'envie de bien terminer cette belle histoire.


Un peu plus haut on rejoint à nouveau la piste où chacun essaie de faire ça place. Bebert et Xav qui nous ont un peu distancé au départ ne semblent pas au mieux mais ne lâchent pas le morceau pour autant.

Au sommet de la première bosse c’est une file ininterrompue de skieurs qui arrive à la manip.

La descente qui suit est excellente. Une bonne neige transfo permet de perdre du dénivelé sans aucun effort.


Nico : on observe quand même ça et là quelques baignoires... donc méfiance...


wKVGhbH6ceKy1RiMm4C86zhHAs6kqUvxTieXcKHwX2ENous sommes au pied de l’ultime montée de la Pierra. Je me surprends de dire à Nico d’en profiter. Je ne sais pas si ces propos sont adaptés à la situation car les 750 mètres qui restent ne seront pas faciles. Le départ est pourtant sympathique mais les derniers mètres pour rejoindre l’arête au pied de la Legette du Grand Mont sont terribles. La pente est hyper raide, les jambes sont mises à rude épreuve. Il faut serrer les dents jusqu’au sommet.


Nico : Tellement raide que si tu t'arrêtes, tu recules !!!


La partie à pied permettra de se refaire une (petite) santé avant la descente finale.

1100 mètres de descente pour en finir avec la Pierre. Je jette régulièrement un œil vers l’arrière. Nico est là. On fait cette descente en mode ‘’zéro risque’’.


Nico : enfin, j'étais quand même encore bien taquet dans le dernier borderCross... Kévin ne voulait rien lâcher... moi non plus d'ailleurs !!


Les copains de Belle Grimpe Ski Alp  nous dépassent. Pas grave, l’arrivée est à portée de spatules et les places ne bougeront plus.

On se retrouve tous quelques minutes plus tard dans l’aire d’arrivée. Après le passage du Grand Mont au milieu de la foule, c’est peut être le moment où les émotions sont les plus fortes.

Après quatre jours difficiles on savoure ces quelques minutes de bonheur. L’instant est précieux.


Nico : A oui sacré moment... On se congratule... c'est vraiment très fort... Cette fois je pleure... je savoure...

 logo-areches90

Le bilan : Pour La Pierra le plus difficile c’est d’avoir un dossard. Ensuite il faut avoir un peu de chance du côté du matériel. Pour le reste il suffit de s’entraîner…

Le plus important est d’avoir un bon équipier car pour venir à bout de ces 10000 mètres de dénivelé il y aura forcément des moments difficiles. Pour ma part ce fut le premier jour où après 1800 mètres de course j’ai perdu l’image avant que le son ne disparaisse lui aussi un peu plus haut. J’ai serré les dents et les encouragements de Nico m’ont bien soulagé. Surtout ne pas se décourager car demain est un autre jour…

 logo-pierramenta

Nico : cette Pierre c'est tout un symbole... c'est la conclusion 4 années de sorties, de progrès, parfois de déceptions... Mais c'est surtout 4 années de partage avec Yvon... et les copains du DSA (ou pas)... Il y a 4 ans cette course n'aurait pas eut cette si douce saveur.  Un peu comme un cadeau inaccessible qui finalement t'est offert.

C'est juste ENORME (comprenne qui pourra).

 

Spéciale dédicace à Eve, Pyt et leur collectif pour ces 4 jours de chaleur humaine... et leurs boissons vivifiantes. Et à tout les copain(e)s au bord de la trace qui nous ont poussés jusqu'aux sommets... qu'on a des fois même pas calculés, accablés par l'effort.

 

Les résultats.

 

23-pierra-menta 2204

Voir les commentaires

Le Grand galbert - 16 mars.

19 Mars 2013, 22:39pm

Publié par yvon

Ce matin je retrouve Seb et Nico pour une dernière sortie avant la Pierra. Le cahier des charges est plutôt réduit : Pas trop de déniv, du soleil et de la tranfo.

 

16-le-grand-galbert 7747


Après un moment de réflexion nous arrêtons notre choix. Ce sera le Grand Galbert.

A 8h20 nous quittons Oulles. La neige est bien portante, le regel a été bon cette nuit.

 

16-le-grand-galbert 7756


Nous sommes rapidement au sommet où un petit vent frisquet nous encourage à redescendre rapidement.

La neige est presque à point et nous serons rapidement de retour. Voilà une sortie rondement menée.

 

16-le-grand-galbert 7767

Voir les commentaires

Chamechaude - 13 mars.

15 Mars 2013, 10:22am

Publié par yvon

 Le parking est vide. Pas de candidat pour Chamechaude c’est plutôt rare. Il faut dire que le temps n’est pas spécialement engageant ce midi. Qu’à cela ne tienne, je suis venu skier alors go.

 

15-mars-7737.jpg

Voir les commentaires

Les Coteaux de Malhivert – 12 mars.

15 Mars 2013, 10:13am

Publié par yvon

Reprise des bonnes vieilles habitudes sur les Coteaux de Malhivert. Température est agréable et rythme cool. Tout ce qu’il faut pour une récup en douceur.

 

sans-titre2

 

Les petites bosses s’enchainent bien, le plaisir de rouler est bien là.

Voir les commentaires

Araviski - 10 mars.

12 Mars 2013, 07:10am

Publié par yvon

Araviski.jpgIl y a de celà déjà plusieures années, à l’arrivée de La Croix de Chamrousse Stéphne nous avait parlé de son projet : Organiser une grande course de ski alp’ à travers le massif des Aravis.


Hélas ! sa course ne verra pas le jour. Pour lui rendre hommage, sa famille et ses amis proches décident de créer une grande manifestation de ski dans ce massif que Stéphane affectionnait tant. L’Araviski était née.


10 mars 2013, j’ai mis une croix sur le calendrier. Un mois plus tôt, Manu me propose de courir avec lui. Lionel son équipier habituel s’est blessé à l’épaule quelque temps auparavant. Je m’hésite pas un seul instant et accepte sa proposition avec joie.


Samedi, je rejoins la Yaute pour éviter un trajet matinal le lendemain. Apéro, puis un bon repas arrosé d’un petit Bordeaux, le top. Sans doute pas l’idéal une veille de course mais que voulez-vous, faut bien vivre. Une nuit réparatrice et à 5 h je suis sur pied.


Direction La Clusaz point de départ de la course.

Avec Manu et toute l’équipe du BGSA on retrouve Sam et Guylaine qui la veille ont assisté au briefing et récupéré nos dossards. On se prépare à la hâte, puis entrons dans l’aire de départ. Nous sommes près de 500 coureurs à écouter les consignes de sécurité. Puis, dans un silence respectueux, viennent les discours en mémoire de Stéphane, l'un formulé par son épouse Nadège et l'autre par le père de ce dernier. Nous sommes encore dans la pénombre et il règne une grande émotion. Un peu plus tard, les deux jeunes enfants de Stéphane nous donnent le top départ par téléphone.

 

 

549387 10151463963126530 1784073882 n

Le départ (Photo organisation).


Les premiers mètres sont neutralisés et nous nous avançons tranquillement jusqu’à la rubalise qui marque le vrai départ.


482740 10151463964441530 1729515740 nC'est parti, plus que 3000 m... (Photo organisation).


En route pour une première montée de 1100 m. Le peloton s’étire pour former deux files parallèles. Ce n’est pas parti très vite mais ça joue un peu des coudes pour trouver une place sur la trace. Avec autant de monde et une neige gelée ça pinaille un peu dans les conversions. Manu est juste derrière moi. On fait deux trois coupes hors traces pour ne pas faire l’accordéon. Ça ruine un peu les bras mais dans l’opération nous gagnons quelques places.

 

484681 168824356600274 717631618 n

 La course vue du ciel (Photo organisation).


Un peu plus haut il y a une bonne neige froide, la trace devient meilleure ainsi nous trouvons un rythme plus régulier jusqu’au sommet de Tête Pelouse.

 

625470 168824006600309 1126050811 n

La course vue du ciel (Photo organisation).


Manip rapide et nous filons dans la descente. Manu me double mach 12. J’ai un peu de mal à le suivre et ne suis pas mécontent d’arriver au repeautage.


La montée suivante nous conduit au Trou de la Mouche. Sublime passage à travers la roche. Derrière, nous basculons dans la combe de Paccaly (une corde sécurise les premiers mètres) pour une longue descente.

 

10-araviski 5478

Avec Manu on a formé un bon duo (Photo organisation).

 

Après une longue descente il y a… une longue montée. 1000 mètres de déniv dans la combe de Tardevant. C’est interminable. Nous avons déjà 2400 mètres dans les pattes et même si les positions de chaque équipe commencent à s’établir, tout est encore possible.

Il reste  2 montées et 700 mètres à négocier. Manu donne le tempo à présent. On revient sur une première équipe puis un peu plus haut sur une seconde. Ça nous remet un peu de booste d’autant que juste devant  nous avons Max et Juju en point de mire.

 

DSC05843

Le Trou de la Mouche (Photo organisation).

 

Les derniers mètres pour franchir une nouvelle fois le Trou de la Mouche se font à pied. Au moment où nous franchissons l’arche rocheuse nous voyons nos 2 amis s’engouffrer dans la descente. Nous ne les reverons qu’à l’arrivée…

 

10-araviski 7722

L'arrivée.


Nous venons de vivre une bien belle journée en montagne. Le parcours était magnifique, exigeant et pour cette première course avec Manu nous avons formé un beau duo.

Merci aux organisateurs de l’Araviski. Ce fut une belle réussite pleine d’émotions et de joies partagées.

 

10-araviski 7731

 

La course vu par Manu.

 

  Les résultats.

 


Voir les commentaires

Le Moucherotte - 9 mars.

9 Mars 2013, 15:14pm

Publié par yvon

Petite sortie au Moucherotte ce matin. Juste pour constater les dégâts causés par la pluie. Bientôt ça ne partira plus skis aux pieds ;-(

 

15-mars-7707.jpg


En chemin je rencontre Nico qui vient d’en enquiller trois. Nous finissons ensemble la montée. Pour moi ce sera suffisant pour aujourd’hui.

Voir les commentaires

Chamechaude - 6 mars.

7 Mars 2013, 21:27pm

Publié par yvon

Changement radical pour ce Chamechaude. On s’était bien habitué à la pow pow. Un peu trop peu être.

Les conditions de neige restent cependant très bonnes mais la poudre a disparu.

 

06-chamechaude 769906-chamechaude 7701


Pas grave, une petite sortie le midi, au soleil qui plus est, reste un privilège. Alors j’en ai profité.

Voir les commentaires

Tour du Néron - 4 mars.

6 Mars 2013, 10:16am

Publié par yvon

Après la longue sortie à skis hier, un peu de vélo me fera le plus grand bien.

 

03-mars 7696

 

Le soleil est bien présent et les températures presque printanières. Tout ce qu’il faut pour une petite virée tranquille à la mi journée.

Voir les commentaires

Traversée de la Chartreuse - 3 mars.

5 Mars 2013, 15:45pm

Publié par yvon

Le Grand chemin.

 

L’idée germait depuis plusieurs saisons déjà. Et puis l’enneigement favorable cet hiver en Chartreuse ne fait qu’activer le désir. Chaque fois que je retrouve Rico à Chamechaude, la traversée est souvent le sujet de la discussion.

Mars arrive à grand pas. Le planning est déjà bien rempli, il est temps de se décider. L’équipe est vite constituée. J’en parle à Nico qui en parle à Magnum… Le mOOse est aussi bien motivé, nous serons donc cinq à tenter l’aventure.

Dimanche matin, je fais le ramassage scolaire. Nico sur les Boulevards puis Magnum et Rico à la mairie de la Tronche. A 6h30 nous retrouvons le mOOse au Sappey. Il est emmitouflé comme pour partir au pôle Nord. Faut dire que descendre en vélo depuis Sarcenas à cette heure matinale picote un peu le visage. 

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7601

6h30 au Sappey.


6h39 en route pour la traversée. La météo est parfaite et les températures seront printanières. Nous avons donc choisi de partir light. ARVA, pelle, sonde, coupe vent de mickey, 2 litres de flotte, 3 barres et un morceau de Comté.

Le jour ce lève à peine, pas de problème d’itinéraire, il n’y a qu’à suivre les pistes de fond. Dix minutes plus tard nous sommes paumés. La piste se sépare en deux. A droite ou à gauche ? Va pour la droite. Perdu, c’était à gauche. Dans l’opération on rajoute 2 bornes.

On arrive tout de même au chalet de l’Emeindras.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7610

Vers l'Emeindras, au fond la Dent nous attend.


Un nouveau choix se présente pour rejoindre le col du Coq. GR ou piste de fond ? Va pour la piste de fond. Ça sera un poil plus long et un peu plus de déniv mais en skating ça devrait être plus rapide.

Au col du Coq nous entrons véritablement dans la traversée. Une bonne trace nous conduit à la Dent de Crolles.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7617

  Sous le pas de l'Oeille.

 

D’abord à ski puis à pied pour franchir le Pas de l’œil sur une bonne neige gelée. Le soleil nous surprend en arrivant au sommet. Il ne nous quittera pratiquement plus de toute la traversée.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7622

Descente sous la Dent de Crolles.


Nous nous laissons glisser sous le Rocher du Midi jusqu’au pied de la Cheminée du Paradis. Le nom fait rêver. Le passage se franchit à pied. Il permet de rester à proximité des crêtes sommitales.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7628

La Cheminée du Paradis.

 

Presque sans le voir nous passons à proximité du pas de Rocheplane. Nous perdons un peu d’altitude pour contourner quelques barres rocheuses puis c’est la remontée au col de Bellefont.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7634

  Col de Bellefont. En route pour les lances de Malissard.

 

On aperçoit là-bas tout au fond le Granier. Il paraît encore bien éloigné, d’ailleurs il l’est…

Magnum n’a jamais fait les Lances de Mallisard, il serait dommage de ne pas saisir cette occasion pour monter à la croix.

 

IMGP0218

Sommet des Lances.


Le début de la descente exposée plein Est a déjà bien chauffé. Chaque virage déclenché forme une belle coquille d’escargot qui tend à grossir en nous poursuivant dans la pente.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 764103-traversee-de-la-chartreuse 7653

  Descente sur le vallon de Marcieux. 


Nous arrivons près du habert de l’Aup du Seuil. Une longue séquence de "pousse bâtons" nous attend. Heureusement la trace est faîte, sinon il faudrait probablement remettre les peaux. Cette longue traversée sur les Hauts de Chartreuse est vraiment fabuleuse.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7655

Séance de pousse bâton dans le vallon de Marcieux.


Nous sommes arrivés au Habert de la Dame. Le président annonce qu’il a faim. Et quand le président a faim ben ! on s’arrête pour manger. Ça fait une éternité que je n’avais pas vu cela : du sauc’, du Comté, un pain au lait au bleu…. Un véritable festin.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7658

Vers le habert de la Dame.


Bon, n’exagérons pas. Ça fait 18 minutes que nous sommes arrêtés et le chemin est encore long.

Il faut rejoindre l’entrée du vallon de Pratcel. Le sentier zigzague dans la forêt. Comme souvent sur pareil profil on se demande s’il faut garder les peaux, ou non. Le choix est souvent cornélien. Nous sommes à présent au fond du vallon, il n’y a plus qu’à le suivre jusqu’au col de l’Alpe puis la Croix homonyme juste au dessus.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7664

Vers la Croix de l'Alpe.


On commence à se rapprocher de l’objectif. Une belle descente nous conduit à proximité du refuge de l’Alpette où nous remettons les peaux pour la dernière fois.

La chaleur devient harassante. Arrivés au pied du pas des Barres nous ne sommes pas mécontents d’enlever les skis pour passer à pied.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7670IMGP0223

  Le pas des Barres.

 

Nous arrivons enfin sur le plateau sommital. Un peu plus tard nous sommes au sommet. S’en est fini pour les montées. Nous pouvons ranger les peaux.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 767403-traversee-de-la-chartreuse 7678

Le Granier est en poche.

 


Direction le pas de la Porte. Ce passage permet de redescendre à la cabane forestière sur la route du col. En venant du haut, Le cheminement n’est pas des plus facile à trouver.

 

03-traversee-de-la-chartreuse 7679

  Le passage du pas de la Porte.


Heureusement nous pouvons suivre sereinement les traces laissées par Lio et Nico qui nous ont précédés hier. Merci à eux ;-)

Après un dernier slalom en forêt nous rejoignons une piste qui nous ramène un peu plus bas à la cabane forestière.

La voiture nous attend. A l’intérieur, des vêtements secs, des Mandrins et des chips…

 

 

IMGP0229

  Vive la Mandrin.


Epilogue : Après une traversée de la Chartreuse en marche course à la fin du siècle dernier avec Jan je reviens à nouveau sur ce parcours.

Les skis ont remplacé les baskets mais le plaisir de partager ce voyage entre amis reste le même.

Le parcours : Le Sappey, Chalet de l’Emeindras, col du Coq, Dent de Crolles, Cheminée du Paradis, col de Bellefont, Lances de Malissard, Hauts de Chartreuse, habert de la Dame, vallon de Pratcel, Croix de l’Alpe, col de l’Alpette, pas des Barres, le Granier, pas de la Porte, cabane forestière.

 

IMGP0225

Au sommet du Granier.


En quelques chiffres : Pour le déniv les différents alti et GPS nous ont attribué entre 2650 m et 2980 m ?!?!? A chacun de choisir ;-) Mais comme en dessous de 3000 m ça ne compte pas, on ne va pas chipoter ;-)))

Pour la distance c’est du lourd, 46 bornes au compteur. Ça en fait des pas en fin de journée.

Coté horaire ça donne 7h47 entre le Sappey et la cabane forestière (alt 850m) au dessus de Chapareillan.

Le Sappey – Dent de Crolles (2h30) – Lances de Malissard (3h45) – Croix de l’Alpe (5h40) – Le Granier (7h05) – cabane forestière (7h47)

 

Décidément la traversée de la Chartreuse inspire du monde depuis quelques jours

La traversée de Sylvain (28 février 2013)

La traversée de Lio (2 mars 2013)

Le récit du mOOse ( 3 mars 2013)

 

Voir les commentaires

Montée de Poch - 1 mars.

4 Mars 2013, 14:23pm

Publié par yvon

Vendredi fin d’aprem : On se retrouve dans le Chablais pour participer à la Montée de Poch. En Hautes Savoie toutes les petites stations de ski organisent une montée sèche en hiver. On peut sans problème mettre un dossard de décembre à mi avril.

Après avoir récupéré mon dossard je pars m’échauffer sur le parcours. J’effectue ainsi les 200 premiers mètres de la montée. Le départ est bien raide puis plus haut la pente se calme franchement. Je rencontre Joris –local de l’étape- qui me renseigne sur le reste du parcours. Grosso modo ça sera raide au départ, roulant au milieu avant un final encore bien raide pour arriver au sommet.

Ce soir 100 coureurs sont sur la ligne de départ sur le front de neige d’Habères Poche. Je me retrouve en première ligne bien décidé à profiter de ce petit avantage pour me placer correctement à l’attaque du premier mur.

 

15-mars-7593.jpg


La course est partie. Il y a cinquante mètres de plat avant d’attaquer le raide. Contrairement à mes habitudes, je pars rapidement. Peut être trop ? On verra bien plus haut si je paie cet excès de confiance.

Effectivement après quelques mètres de course j’ai les jambes lourdes mais mon tempo me parait bon. Je me situe environ en vingtième position à l’entrée de la partie roulante. Je négocie correctement ce passage et gagne même quelques places. Devant moi il y a un petit groupe qui s’est constitué. Il me parait encore assez loin mais il me semble revenir sur lui.

A l’attaque du dernier mur j’ai recollé. Le passage est raide mais ce n’est pas le moment de faiblir car l’arrivée est proche. Nous sommes 3 coureurs sur une même ligne. On aperçoit le spot qui marque le sommet. Il reste un peu de plat où je parviens à garder ma place difficilement acquise.

Il me faudra quelques minutes pour récupérer de l’effort final.

Au retour on appréciera un bon bol de soupe et la bière qui l’accompagne.

 

Les résultats.

Voir les commentaires