Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Articles avec #veloski -vttrail

Berges de l’Isère – 27 mars.

28 Mars 2014, 22:30pm

Publié par yvon

Aujourd’hui je retrouve les copains pour une séance de plat. Ce n’est pas ma tasse de thé mais à dose homéopathique il est parfois plaisant de faire monter la vitesse.

Berges de l’Isère – 27 mars.

Quelques accélérations montrent qu’il faudra encore accumuler les kilomètres avant de se sentir un peu plus à l’aise.

Voir les commentaires

Saint Nizier – Le Moucherotte – 25 octobre.

27 Octobre 2013, 20:45pm

Publié par yvon

Je n’avais pas vraiment prévu cette sortie mais j’ai un peu de temps cet après midi et il fait un temps splendide. Direction Saint Nizier où je laisserai mon vélo avant d’enchainer à pied jusqu’au Moucherotte.

Nico Le Zac et Gilles sont de la partie pour la partie vélo. Le début est tranquille puis à mi parcours on accélère un peu avant de finir à bloc. Bien entendu on arrive un peu éparpillés.

Mes compagnons redescendent. Ils ont un métier eux…

Saint Nizier – Le Moucherotte – 25 octobre.

Je fais le plein de flotte, chausse les baskets et en route pour le Moucherotte. Je sens que ça ne va pas être une partie de plaisir. Les jambes sont lourdes et je commence à avoir faim.

Les 2 yaourts du p’tit dej ne m’ont pas rassasié.

Heureusement que la journée est belle car sinon j’aurai tourné les talons.

Ouf, je suis content d’arriver au sommet. Je ne traine pas, mon but à présent et de retrouver mon vélo et de rentrer au plus vite.

Un peu plus tard je suis attablé à la maison. Sucré, salé puis sucré à nouveau. Du Coca et du rosé. Les mélanges sont ignobles mais qu’est ce que c’est bon !

Saint Nizier – Le Moucherotte – 25 octobre.

Voir les commentaires

Route de Saint Nizier – Le Rachais – Les coteaux de Malhivert – 30 septembre.

4 Octobre 2013, 08:27am

Publié par yvon

Du vélo et un peu de marche au programme aujourd’hui. Après un weekend chargé en effort physique, pédaler est tout indiqué pour la récup.

Tôt le matin je profite de la fraicheur pour une escapade sur les hauteurs de la Tour sans Venin. La journée commence bien.

Route de Saint Nizier – Le Rachais – Les coteaux de Malhivert – 30 septembre.

A midi je retrouve mon bike pour une sortie vers le col de Vence. Tout d’abord en vélo jusqu’au col puis à pied pour le Rachais.

En fin d’aprem il ne reste plus qu’à rentrer par les coteaux de Malhivert et la boucle est bouclée.

Route de Saint Nizier – Le Rachais – Les coteaux de Malhivert – 30 septembre.

Voir les commentaires

Tour du lac du Chambon - 22 juin.

25 Juin 2013, 07:53am

Publié par yvon

A pied, à skis, en VTT.

Un long voyage dans le pays magique.

 

Ça fait déjà deux ans qu’on en parlait avec Rico. Après avoir fait une grande boucle à ski vers le Pic du Mas de la Grave on s’était dit en plaisantant qu’il faudrait boucler le tour par le Dôme de la Lauze. Après un rapide calcul le score était annoncé : Plus de 4000 mètres de déniv.

Il faut croire qu’il manque quelques weekends dans l’hiver car nous n’avons pas eu l’opportunité d’en trouver un pour réaliser ce tour.

Le printemps est passé très vite et l’été est là. S’en est terminé pour le tour à ski mais pourquoi ne pas le boucler en utilisant d’autres moyens.

Samedi, 5 heures du mat, village de Cuculet. J’ai recalé l’alti sur l’altitude 1270 m. Mon premier objectif est situé 2300 mètres plus haut : Le Dôme de la Lauze.

 

22-tour-du-chambon 8735


Les skis et les Morpho sont sur le sac. Je débute mon périple en me fourvoyant dans les ruelles du village. Ça commence bien ! Finalement un peu plus tard je récupère le sentier. Heureusement qu’il est bien tracé car le jour se lève à peine et un épais brouillard est accroché au relief.

Vers 2000 mètres j’arrive au chalet de Baucé avant de tomber sur une large piste qui me conduit au refuge de la Fée.

 

22-tour-du-chambon-8737.jpg


Il commence à y avoir de la neige mais je trouve un cheminement qui me permet encore de progresser en baskets. Il y a toujours des nappes de brouillard et vers la Selle d’En Haut je loupe la bifurcation qui devait me conduire au Clot de Chalance. Lorsque je m’en rends compte je n’ai pas envi de faire demi-tour. J’ai chaussé les skis et n’ai plus qu’à remonter les pistes des 2 Alpes pour rejoindre le Dôme. Le hic c’est que la station ouvre son domaine d’été aujourd’hui.

 

22-tour-du-chambon 8740


Je suis tranquille jusqu’au col du Jandri mais au dessus c’est la cohue. La moitié des équipes européenne se sont semble t il données rendez-vous. Malgré l’altitude et la fatigue j’accélère le pas histoire de retrouver plus rapidement un peu de solitude.

 

22-tour-du-chambon 8743


Enfin j’y suis. J’apprécie l’instant du moment présent. Tout est à nouveau calme.

Je ne traine néanmoins pas longtemps car je redoute la neige qui sera forcément molle en bas.  La descente du glacier de la Girose est un véritable boulevard. Les machines ont travaillé pour accueillir l’équipe de France féminine de ski alpin. Est-ce le renouveau du ski d’été à La Grave ? Pour l’heure le glacier m’appartient et je serai seul à le redescendre aujourd’hui.

 

22-tour-du-chambon 8764


Au col des Ruillans j’hésite un instant sur l’itinéraire à suivre. Finalement je choisis les Valons qui me paraissent plus remplis. En skiant au pied du versant nord du Rateau il doit y avoir moyen de trouver de la neige assez bas. Il ne faudra cependant pas trainer car au dessus sont suspendus quelques beaux séracs.

 

22-tour-du-chambon 876722-tour-du-chambon 8770


J’arrive finalement à trouver des bandes de neige et culots d’avalanches qui me permettent de passer à skis jusqu’à 2200 mètres d’altitude. Là je rechausse les baskets  et après un moment de galère je parviens à trouver la passerelle qui me ramène au chalet de Chal Vachère.

 

22-tour-du-chambon 8772


Il ne me reste plus qu’à rejoindre La Grave puis par le sentier de l’Escalier monter à La Cime.  

 

Fin du premier acte.

Je m’accorde une bonne pause à La Cime. Je sais très bien que ça sera difficile de repartir mais le plus gros de la journée est derrière moi. Et puis le plaisir de rouler sur le Plateau d’Emparis devrait faciliter les choses…

Pour le moment je ne songe qu’à engloutir un plat de pates et me réhydrater un peu…

13h30, la sonnerie de ma montre me sort de ma torpeur. Je rempli mon bidon et enfourche mon VTT. Je m’efforce de bien faire tourner les jambes jusqu’au Chazelet.

 

22-tour-du-chambon 8774

 

Pour finir ma boucle j’avais envisagé plusieurs possibilités. Je décide de faire au plus court même si cela m’oblige à un bon portage jusqu’à la jonction avec le Clot Raffin. Ensuite ça passe quasiment tout à vélo jusqu‘au col du Souchet.

 

22-tour-du-chambon 8779

 

Je retrouve le plaisir de rouler sur le Plateau d’Emparis. De plus en ce moment il y a peu de randonneur et encore moins de VTT.

 

22-tour-du-chambon 8780

 

La neige était là il n’y a pas si longtemps. Dans la descente sur le Rif Tort il reste même quelques névés.

A présent une longue descente m’attend. Je vais enfin pouvoir récupérer un peu avant la dernière montée qui me reconduira à mon point de départ matinal.

Il restera un beau souvenir de ce périple autour du Chambon.

 

Voir les commentaires

L’Alpe d’Huez - Pic du Lac Blanc – 12 mai.

14 Mai 2013, 21:01pm

Publié par yvon

Après les 2 Alpes en balade, Courchevel et la Prom’Gélas en course me voici prêt pour un défi similaire à l’Alpe d’Huez.

Pas de dossard aujourd’hui mais bien évidemment un œil sur le chrono. Je me fixe un objectif sage : Moins d’une heure pour la montée de l’Alpe en vélo avant d’enchainer la montée à ski vers le Pic du lac Blanc en moins de 2 heures.

 

alpes2


N’étant pas un puriste de la discipline je laisse mon matos de ski à la station pour ne pas être obligé de le porter en vélo.

12-pic-du-lac-blanc 8299Un peu plus tard je suis à pied d’œuvre à Bourg d’Oisans. 2600 m de dénivelé me séparent de mon objectif final. A ce moment le Pic du Lac Blanc me paraît bien loin. Chaque chose en son temps, d’abord rouler, la partie à ski c’est pour tout à l’heure.

 

La température est idéale pour pédaler. Je fais les premiers hectomètres de la montée en compagnie d’un autre cycliste et de 2 coureurs à pied.

Jusqu’à La Garde la pente est raide. Il ne faut pas s’enflammer ici sous peine de trouver le temps long quand on aura les skis aux pieds. 

Quasiment pas de circulation, j’ai la route pour moi tout seul et j’apprécie à sa juste valeur le plaisir d’être en pareil lieu.

Après 14 Km d’ascension j’arrive tout en haut de la station sur le parking du téléphérique des Grandes Rousses.

 

Sans titre-2


Je troc le vélo pour les skis. Je profite de l’arrêt au stand pour me ravitailler un peu et surtout bien m’hydrater.

L’enneigement est encore très bon, la neige est dure. Y’a plus qu’à…

Je pars doucement tranquillement jusqu’au premier tronçon puis je trouve mon rythme de croisière. A la gare intermédiaire à 2600 m je rencontre deux skieurs qui partent vers le Dôme des Rousses. Ils seront les seuls personnes que je rencontrerai jusqu’ mon retour.

 

12-pic-du-lac-blanc-8283.jpg


Voulant prendre au plus direct je tombe sur un ressaut raide en neige béton. Je chausse les crampons pour prendre pied sur le glacier des Rousses (si on peut appeler cela un glacier).

A présent je suis en vue du tunnel. J’ai remis les skis mais suis à nouveau obligé de remettre les crabes 100 mètres sous l’entrée de la galerie. L’entrée est presque entièrement recouverte par une coulée mais par miracle j’arrive à ouvrir la porte. Je traverse rapidement le tunnel.

 

12-pic-du-lac-blanc 8286

 

J’ai oublié ma frontale mais j’aperçois de l’autre côté un peu de lumière. Nouveau doute pour sortir mais là encore le rideau métallique s’ouvre facilement.

 

12-pic-du-lac-blanc 8290


Je prends le soleil en pleine face. Ça ne durera pas longtemps. En effet, quelques minutes plus tard un épais brouillard enveloppe le sommet. J’hésite à continuer car la visibilité est presque nulle et j’appréhende de redescendre en plein brouillard.

Je ne vais tout de même pas renoncer aussi près du but. Il reste 200 mètres, dans moins d’un quart d’heure je serais là haut.

 

12-pic-du-lac-blanc 8291


J’arrive enfin au sommet. Petit ’’lap’’ sur le chrono pas le temps de regarder, on verra cela en bas.

J’enquille la descente. C’est un peu flippant sans visibilité. J’ai du sortir de la piste car la pente est raide par ici. Heureusement la neige grippe bien. Je retrouve presque par hasard l’entrée du tunnel.

Un choix cornélien s’offre à moi. Revenir sur le versant ouest et sa neige dure ou bien poursuivre dans le vallon de Sarenne avec surement une bonne transfo un peu plus bas ?

 

12-pic-du-lac-blanc-8293.jpg


Va pour le versant sud. Bingo, cette fois j’ai gagné. Le brouillard se dissipe et une moquette à poils courts me récompense. 1500 mètres de grandes courbes jusqu’à rejoindre la route de Sarenne.

La suite fût un peu moins fun. 6 Km pédibus pour rejoindre l’Alpe mais ça j’ai déjà oublié.

Voir les commentaires

Prom’Gélas – 5 mai.

8 Mai 2013, 18:45pm

Publié par yvon

La petite course qui devient grande.

 

Le manque de neige avait quelque peu perturbé l’édition 2012. Cette année on sera servi. L’enneigement est très bon dans le Mercantour, les conditions s’annoncent parfaites.

 

prom-gelas-2013.jpgLa Prom’Gélas est une course qui sort de l’ordinaire. C’est une bande de copains qui un jour a eut l’idée de rejoindre la Cime du Gélas (point culminant du Mercantour) depuis la ville de Nice sur les bords de la méditerranée. Près de 80 km en vélo avant de partir skis aux pieds pour rejoindre le Balcon du Gélas. Au total plus de 3000 mètres d’ascension.

 

Pas facile de motiver les troupes pour cette course atypique. Elle se déroule tard en saison (vélo oblige) et est loin de nos Alpes du Nord. Finalement Sylvestre est de la partie.

 

La route est longue pour rejoindre Nice mais au fil des kilomètres on commence à s’imprégner du paysage des Alpes de Hautes Provence.

Samedi aprem, nous récupérons nos dossards et déposons notre matos de ski qui sera monté en camion à la Madone de Fenestre. On retrouve avec plaisir les organisateurs de l’événement. Ça fait plaisir de s’entendre appeler par notre prénom. On est bien reçu à la Prom’Gélas.

La suite de la journée c’est comme toutes les autres courses : Du repos et un énorme plat de pates.


21 heures, extinction des feux. La nuit va être courte.

3 heures du mat, le réveil sonne. L’étrange impression de venir juste de s’endormir. Jus de fruit, gatosport (beurkkk) yaourt.

 

au-depart,50104-2

La photo du départ (photo orga).


Petit coup d’œil à la fenêtre pour voir quelques étoiles briller. Choix des fringues puis on enfourche les vélos pour rejoindre le théâtre de verdure sur la Prom.

Les coureurs arrivent de toute part. Après la photo souvenir et un rappel des consignes de sécurité Patrice donne le départ. C’est parti pour une longue matinée.

 

2012 05 05-prom gelas 8177

Un peu avant le départ.


Le peloton s’étire sur la Promenade des Anglais encouragé parfois par de drôles de créatures. Ça fait partie du mythe de la Prom’Gélas.

Bien vite nous quittons la ville pour rejoindre la route nationale escortés par une cohorte de motards qui sécurisent notre route. L’ambiance est conviviale sur cette partie de course neutralisée. On discute, on fait connaissance, on essaie de retrouver les copains.

 

c-est-partiiiiii,50104-4

Sur la Prom (photo orga).


Courte halte technique à Plan du Var. 2 minutes pas plus, tout est minuté. Le jour se lève nous laissant apercevoir au loin de gros nuages noirs. En fait ils nous laisseront tranquille aujourd’hui.

Nous entrons à présent dans les gorges de la Vésubie. La route prend un peu de pourcentage.

L’allure a un peu augmenté mais nous sommes toujours sur la partie neutralisée.

Première alerte pour moi, je ne peux éviter un trou et c’est la crevaison. Sylvestre s’arrête pour me donner un coup de main.  J’installe ma chambre de rechange. Impossible de la gonfler. La journée commence mal. Sylvestre me prête sa pompe, rien. Me donne ça chambre de rechange, miracle, elle se gonfle (en fait la mienne était percée, bravo !!!).  

Entre temps, Patrice dans la voiture suiveuse s’est arrêté pour m’aider dans mon dépannage. Le peloton est loin et je vais faire 4 bornes accroché à la portière de sa bagnole pour le rejoindre juste avant Lantosque. Bon coup de speed mais je serai à l’heure pour le vrai départ. On se calme.

 

2012 05 05-prom gelas 8182

Dernière pause à Lantosque.


C’est ici que la course commence. Là encore la pose est brève. Juste le temps de faire le plein d’eau et d’avaler une barre avant le nouveau décompte.

 

8715060976 f280050826 z

Le chrono va se déclencher. Place à la course (photo orga).


Cette fois c’est parti pour de bon. Ça part fort devant, plus vite que l’an dernier me semble-t-il. Je reste bien caché à l’arrière du groupe de tête composé d’une vingtaine d’unité. Mon but est de rester bien au chaud jusqu’à Saint martin en Vésubie. Ensuite ça sera chacun pour sa pomme dans la montée finale vers la Madone.


P1070575Comme je me l’étais fixé, je parviens à tenir les roues jusqu’à Saint Martin. Virage à droite à la sortie du village, il reste 13 bornes à négocier. La Madone est perchée 1000 mètres au dessus.

Le groupe s’étire peu à peu. J’essaie d’oublier les concurrents qui sont près de moi pour trouver le bon rythme. La montée est irrégulière et le bitume est bien granuleux. Les relances sont difficiles. A 6 bornes du sommet j’ai la sensation que mon pneu avant perd de sa pression. Putain, ce n’est pas possible ! Je n’ai plus rien pour réparer et voilà que je suis à nouveau à plat. Je continue cependant à rouler. D’ailleurs ai-je un autre choix ?

Un concurrent me rattrape je lui mendie une chambre à air. Il compatit à mon triste sort et me donne de quoi réparer. Me voilà à nouveau arrêté pour réparer ma roue. Je fais au plus vite, remonte la chambre, visse le raccord et pompe comme un demeuré. Le pneu reprend forme.

Tout aurait été si simple si en dévissant le raccord je n’avais pas aussi dévissé  l’obus de la valve. Le pneu est à nouveau à plat et moi le nez dans les aiguilles de sapin à la recherche du fameux obus. Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !!!

 

2012 05 05-prom gelas 3126

La Madone n'est plus très loin (photo orga).


A force de persévérance je le retrouve. Me revoilà à faire le Shadok au bord de la route.  

Entre temps j’ai vu passer une dizaine de coureurs. Je remonte à la hâte sur mon vélo. Un peu plus haut mon pneu est à plat… S’en est trop, je finis les derniers kilomètres sur la jante, la roue complètement voilée mais je suis à la Madone et c’est là l’essentiel.

 

2012_05_05-prom_gelas-8209.jpg

Le parc à vélo à la Madone.


Je reste concentré pour la transition. La combine, les Morpho, l’Arva. Dehors je récupère mes skis. Une nouvelle course commence.

 

DSCN3840.JPG


Petite descente à pied pour rejoindre le pont et on peut chausser. J’aperçois pas mal de monde pas très loin devant moi. Ça me redonne un peu de motive pour reprendre quelques places. Les jambes commencent à être lourdes et les crampes pas très loin mais lorsque je rattrape un coureur je m’aperçois qu’il est aussi mal que moi. On est tous égaux dans la souffrance.

 

ca-arrive-fort,50104-7

Encore un petit effort.

 

Par moment je jette un œil sur l’alti. Il me reste encore du déniv et donc encore des place à gratter. Du coup je trouve le temps un peu moins long.

 

2012 05 05-prom gelas 8198

Le sommet est en vue.

 

Enfin j’aperçois tout là haut du monde sur la crête. Le Balcon du Gélas est en vue. Peu à peu on peut entendre les encouragements venant du sommet. C’est une bonne motivation pour en finir au plus vite. Un dernier ressaut, une dernière conversion et le tour est jouée. Moins de 6 heures après avoir quitté la Promenade des Anglais je rejoins Le Balcon du Gélas. Finalement ma fin de course se terminera mieux qu’elle n’avait commencée.

 

2012 05 05-prom gelas 8186

Le Balcon du Gélas. Arrivée de la course.


Il reste maintenant à redescendre. La neige est bonne sur le haut de l’itinéraire. Un peu plus bas le manteau s’est bien ramolli mais nous pouvons néanmoins revenir à skis jusqu’au pont sous la Madone.

Le meilleur est pour la fin. Une daube polenta servit aux concurrents et bénévoles à l’Hôtel des Pèlerins de la Madone.

 

2012_05_05-prom_gelas-8210.jpg

Le repas c'est par là.


Restait plus alors qu’à redescendre sur Nice pour faire la traditionnelle photo souvenir sur la Prom’.


Je ne peux que conseiller cette course tant les personnes qui l’organisent mettent du cœur à l’ouvrage. Merci à toute l’équipe pour ce fabuleux weekend.

 

DSCN3896

Les piliers de la Prom'Gélas.

 

Tous les concurrents semblaient ravis. Vivement l’année prochaine. C’est sûr, on reviendra.

 

Les résultats.

 

2012 05 05-prom gelas 8214De retour de la Prom'Gélas. Enorme souvenir.

Voir les commentaires

X3 Courchevel – 20 avril.

21 Avril 2013, 17:12pm

Publié par yvon

A voir le nombre de participants, ce genre de course semble promis à un bel avenir. Du vélo, de la course à pied et pour finir une montée en skialp voilà pour le programme. Sur la liste des inscrits il y a près de 300 coureurs (180 solos et 40 équipes).

Les mauvaises conditions météo ont quelque peu découragées certains mais néanmoins 250 coureurs sont là ce matin prêt à en découdre.

 

Sur place je retrouve les potes du BGSA. Guylaine Christian et Maurice forment une équipe. Loïc coure en solo alors que Sam blessé fera l’intendance et  supportera les copains.

Dehors il neige à gros flocons. On se doute que le parcours vélo risque d’être modifié (voir annulé) mais à 8h15 au briefing on nous annonce que la route est noire et que le parcours est maintenu dans son intégralité.

 644736 561339360554286 1811872766 n

Le départ vélo (13.9 km + 930 m)

 

A 10 heures un peloton de 200 unités est réunit sur la ligne de départ au Carrey. Il neige toujours mais visiblement personne ne semble trop gêné par la situation. C’est parti pour 14 km d’ascension.  Comme on pouvait s’en douter, le départ est rapide. Il y a du gros niveau à l’avant. Après 2 kilomètres ça se calme un peu. Je tente de trouver le bon coup de pédale pour ne pas laisser trop de jus dans cette première épreuve.

 

CIMG6145

Belle ambiance. (merci Sam)

 

  La montée est très roulante avec parfois quelques rampes un peu plus prononcées. A 2 bornes du sommet la neige tient sur la route. Il faut rester bien assis sur la selle. Ma cassette s’est remplie de neige, je ne peux plus passer les vitesses. Heureusement l’entrée du parc est en vue.

 

20-x3-courchevel 8015

Courchevel 1850. Parc à vélo.


Je retrouve mon matériel. Vite, il faut chausser les baskets et c’est parti pour une boucle de 6 km à pied. Le parcours est exigeant. La neige poudreuse se tasse difficilement, les appuis sont fuyants. Je me bas pour rester dans un bon rythme mais dans l’histoire j’y laisse un peu des plumes.

Je ne suis pas mécontent de retrouver le parc pour attaquer le ski. Je fais une manip lamentable. Je perds du temps s’en trop savoir pourquoi. La fatigue sans doute.

Loïc repart juste devant moi. On va rester une bonne partie de la montée ensemble. On se sent moins seul à deux ;-)

 

CIMG6237

Avec Loïc comme compagnon de montée (photo sam)


Le premier tiers est en faut plat ensuite la pente se redresse franchement. Il y a des murs très raides à négocier. J’ai l’impression d’être scotché au relief.

 

CIMG6242

Aller Loïc, c'est bientôt fini (Photo Sam)


A présent il y a des éclaircies. On aperçoit au dessus le sommet de la Saulire qui marque l’arrivée. Les jambes ont du mal à répondre et lorsque Loïc me double je ne peux pas le suivre.

Je serre les dents pour négocier au mieux les derniers mètres. Je vois la ligne qui se rapproche. Ouf il était temps.

 

20-x3-courchevel 8016

On l'a bien mérité celle là.


En cette fin de saison le plus difficile de la journée sera de trouver un bar ouvert pour aller siroter une bière avec les copains. Ça ne fut pas une mince affaire.

 

Les résultats.

 

Le CR du BGSA

 

Courchevel Sport Alpinisme.

Voir les commentaires

Les 2 Alpes - 14 avril

17 Avril 2013, 20:31pm

Publié par yvon

Mon X3 à moi.

 

Ce matin pour moi, une petite sortie dans l’esprit du Dynafit X3 de Courchevel qui aura lieu dans moins d’une semaine.

Je laisse tous le matos de course à pied et de ski dans la voiture au 2 Alpes avant d’enfourcher mon vélo.

Bonne caillante pour descendre jusqu’au village du Freney. Heureusement le soleil est là. Je planque quelques fringues avant d’attaquer la remontée.

 

14-les-2-alpes 7956

 

12 bornes et 1200 m de déniv plus tard je me retrouve à nouveau aux 2 Alpes.

Je chausse les baskets pour la deuxième partie de ma balade. Un petit picotement au dos me rappelle à l’ordre. Ce n’est vraiment pas mon truc la course à pied. Petite boucle de 40 minutes dans la station. Sympa de courir sur les pistes enneigées ! Malgré les remontées mécaniques la vue sur La Muzelle est extraordinaire.

 

14-les-2-alpes 7966


C’est avec plaisir que je retrouve mes skis pour terminer mon périple. La pente qui rejoint le Diable dénivèle rapidement. Au dessus je poursuis jusqu’au col d’Entre les Tête. 1000 mètres de plus au compteur, la chaleur commence à bien me rincer. Ça suffira pour aujourd’hui.

 

14-les-2-alpes 7977


Une poignée de minutes plus tard je suis de retour. Bien plaisante cette petite virée !

Voir les commentaires

La Prom’Gélas – 13 mai.

16 Mai 2012, 16:35pm

Publié par yvon

Ce projet mûrissait dans mon esprit depuis plus de 2 ans. J’avais pourtant appelé Marc plusieurs fois pour avoir des renseignements sur cette course atypique mais pour diverses raisons il n’avait jamais abouti.
La Prom’ Gélas ne ressemble à aucune autre course. ‘’Prom’’ pour Promenade des Anglais. Gélas, comme la Cime du Gélas (3143 m) qui est le plus haut sommet des Alpes maritimes. Les choses étant ainsi, il y avait fort à parier qu'un jour quelqu'un trouve à rallier la Grande Bleue au point culminant du Mercantour.
La première édition de la course remonte à 2010 où sous l’impulsion de quelques passionnés la course voit le jour. Ils sont une poignée à se donner rendez-vous à 4 heures du mat. sur la Promenade pour rejoindre en vélo La Madone de Fenestre. Là ils récupèrent leurs skis et partent gravir Le Gélas. La course était née.

Hiv
Prom-Gelas-afterer 2012. La saison a été peu enneigée sur le Mercantour. Dans les semaines qui précédent la course les organisateurs ne savent encore pas trop si la partie à ski sera suffisamment enneigée. Ils envisagent même un instant de faire monter les coureurs à pied au sommet. Début avril c’est la catastrophe. Il n’y a quasiment pas de neige au départ et à ce rythme il ne restera pas grand-chose dans un mois. Et puis il y a un petit miracle. A partir de mi avril la neige se met à tomber et l’espoir renaît. Début mai on skie quasiment à La Madone.


Samedi 12 mai. Nous arrivons à Nice en début d’aprem. Pas le temps de profiter de la Méditerranée. Après avoir galéré un bon moment pour se garer (on fait comme tout le monde on reste en double file), on passe à La Roue Libre récupérer les dossards et faire contrôler les vélos. Rencontre avec Patrice un des organisateurs de la course qui nous donne les dernières infos.
On n’en a pas encore terminé. Il faut à présent filer à Alticoop déposer le matos de skis qui sera monté  en camion à La Madone. Surtout ne rien oublier sous peine de grosse galère demain à la transition.
La fin de journée passe plus paisiblement. On prend possession de notre logement (à 2 pas du départ) et en soirée on se fait un bon resto. La belle vie quoi !

Dimanche 13 mai.
4 heures du mat. les  derniers noctambules sont encore dans la rue. Peu à peu le Théâtre de Verdure voit arriver des cyclistes venant des rues adjacentes. Dernier briefing avant le départ.


13-prom-gelas 4099

  Bientôt le départ.


Les 50 premiers kilomètres sont neutralisés. Le peloton va rouler derrière une voiture ouvreuse jusqu’à Lantosque. Ensuite les choses sérieuses pourront commencer.

 

top-depart,42016-3
4 h 33. Le peloton s’élance pour l’aventure. On remonte la Promenade des Anglais en rencontrant quelques drôles de personnes sur notre chemin. Talons aiguilles et mini jupes, elles ne vont sûrement pas à La Madone celles là…
Jusqu’à Lantosque nous avons le temps de faire connaissance. Ça roule tranquillement mais régulièrement derrière la voiture. En 50 bornes on prend 500 mètres de déniv, pas de quoi fouetter un chat. De chaque côté des motards sont là pour sécuriser les carrefours et la police à l’arrière ferme la marche. Pour peu on se croirait sur le Tour de France.


gorge-de-la-vesubie,42016-8  Dans les gorges de la Vésubie.


La nuit les kilomètres passent rapidement et à 6h40 on peu faire une petite pause à Lantosque. Le temps de faire le plein d’eau, de manger une barre et il faut déjà repartir.


13-prom-gelas 410613-prom-gelas 4108


P1040969Là les choses changent rapidement. La vitesse monte d’un ton, ce n’est pas le moment de s’endormir. Il faut tout de suite prendre les bonnes roues. Les groupes se sont formés. J’ai réussi à me retrouver dans le bon wagon (nous sommes 11) et j’espère bien y rester jusqu’à Saint Martin en Vésubie. Pas question pour moi de montrer le bout du nez devant, je n’en n'ai pas les moyens. Comme souvent en pareilles circonstances ça roule par à-coup. Sur une course purement vélo ce n’est pas bien grave mais ici quand on sait ce qui nous attend on se dit que ça ferra mal un peu plus tard.

Passé Saint Martin les choses sérieuses commencent. Il reste 13 kilomètres pour rejoindre La Madone. 13 kilomètres de montée difficile avec des passages bien raides. Le groupe explose dès les premières rampes. J’essaie de me souvenir ce que m’ont raconté les locaux. Les 4 premiers kilomètres sont difficiles et ensuite la pente se calme un peu. Je commence prudemment l’ascension. Surtout ne pas se griller trop tôt car la montée est longue. Je jette régulièrement un œil sur mon compteur pour me rendre compte du chemin qu’il me reste. Finalement ça se passe plutôt bien et après 1h37’ j’arrive à La Madone de Fenestre. Je suis en huitième position mais pour l’instant ce n’est pas ma préoccupation première.
Je laisse mon vélo à un bénévole. Marc m’encourage. Ça me fait plaisir de le revoir.
Vite, mon sac pour me changer. La combine, les peaux, l’ARVA. Surtout ne rien oublier. J’avais préparé le matos à l’avance mais dans la précipitation je manque oublier les gants. Ouf, ils sont là, au fond du sac.


DSC04809

Transition à La Madone de Fenestre.


Le départ de cette seconde partie se fait skis sur le sac. Il n’y a pas de neige au début. Je reste en baskets préférant porter mes XP jusqu’au 2ème contrôle. J’aperçois devant moi quelques coureurs. Ça m’encourage à accélérer un peu l’allure. Il ne reste plus que 1200 mètres et la forme est là. Je double rapidement 2 concurrents puis un peu plus haut j’en ai à nouveau 2 autres dans le viseur. J’en rattrape un au point de contrôle. Je m’arrêter pour mettre les chaussures. La manip ne me fait pas perdre beaucoup de temps et je préserve ma place. On continue encore un moment à pied avant de pouvoir chausser. Dans la manip je gagne à nouveau une place.


13-prom-gelas 411013-prom-gelas 4111

L'arrivée au Balcon du Gélas.


Le changement de rythme est éprouvant. La fatigue commence à se faire sentir. J’ai l’impression de ne pas avancer, d’ailleurs je n’avance pas. Au sortir d’un ressaut j’aperçois à nouveau du monde devant. Ils me paraissent bien loin.  Là c’est certain, je ne pourrai plus gagner de place.  Il faut juste que je conserve la mienne.


13-prom-gelas 411713-prom-gelas 4122

Bientôt la délivrance.


J’aperçois Le Balcon du Gelas qui marque la fin de la course. Il doit encore rester 200 mètres de déniv et je commence à trouver le temps long. Heureusement je croise Patrick qui redescend. Il vient d’en terminer. Ses encouragements me font du bien. Je me force à ne pas ralentir l’allure et à ne plus regarder en haut. Je reste l’œil rivé sur mes spatules m’appliquant à chaque conversion pour ne pas laisser zipper un ski.


13-prom-gelas 4124


J’entends des voix. Non je ne suis pas la réincarnation de Jeanne d’Arc. Ce sont les contrôleurs au sommet qui  m’encouragent.


13-prom-gelas 4127

Les 100 derniers mètres.

 

5h56’ après avoir quitté la Promenade des Anglais à Nice, je franchis la ligne d’arrivée sur le Balcon du Gélas. Quelques minutes après moi, arrive un concurrent italien visiblement éprouvé lui aussi. On se congratule. Sur une telle course même si le classement a son importance, on est plus complice qu’adversaire.
La descente se ferra sur une neige excellente. Non je déconne, c’était une soupe infâme. A l’arrivée sur La Madone tous les concurrents on droit à leur lot d’encouragements. Ça fait chaud au cœur.


13-prom-gelas-4139-copie-1.JPG

Les piliers de la Prom'Gélas.


Coureurs, organisateurs, et bénévoles, tout le monde se retrouve autour d’un bon repas d’après course.

La journée se termine par la remise des prix puis c’est le retour sur Nice sous une pluie battante.
On a pu enfin profiter d’une fin de week-end détente. Pas besoin de somnifère pour s’endormir…


13-prom-gelas 4150

De retour de la Prom'Gélas.

 

Le bilan de la course : L’idée d’une telle course est originale. Une organisation au top. La partie en vélo était très bien sécurisée. On a pu rouler sereinement sans se soucier de la circulation.  
Il faut venir bien préparé si on ne veut pas trop souffrir. Pas facile avec la météo de cette année pour accumuler les km en vélo.
Un grand merci à toute l’équipe d’organisation et aux bénévoles qui nous offrent une course fabuleuse.

Les résultats.

Voir les commentaires

Le Moucherotte – 13 novembre.

15 Novembre 2011, 10:38am

Publié par yvon

8h30, j’enfourche mon vélo pour rejoindre Saint Nizier. A cette heure il n’y a encore pas trop de circulation. La montée est paisible, petit braquet de rigueur pour ne pas faire trop mal aux jambes.

 

13-le-moucherotte 2289

Arrivé sur place je chausse les baskets. Les champs alentours sont encore blancs de givre. Des chiens sont aux abois, sans doute à la poursuite d’un chevreuil qu’ils ne reverront pas.  Le décor est planté

Je monte au plus directe par la cheminée de l’Ours. A ça sortie je retrouve le soleil. Il me faute encore un petit moment pour arriver au sommet.  Le Moucherotte est le point de rendez-vous des  grenoblois. Randonneurs ou coureurs, tout le monde se retrouve au sommet pour admirer le paysage.

 

13-le-moucherotte 2297

De retour à Saint Nizier je retrouve mon vélo. J’enfile un coupe vent. Malgré le soleil la descente sera fraiche.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>