Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

Le Moucherotte - 26 mai.

27 Mai 2008, 07:06am

Publié par yvon

Entre les gouttes

 

Plus de neige pour skier, trop de flotte pour le vélo et trop gras pour le VTT, il ne reste plus qu’à prendre les baskets pour aller se balader.

Coup de fil à Seb qui est partant pour une petite sortie au Moucherotte après ça séance de course à pied du matin. On monte tranquille en papotant. Retour sans trop traîner néanmoins, de gros nuages menaçants sont au dessus.


Voir les commentaires

Col de Laurichard - 24 mai.

26 Mai 2008, 09:33am

Publié par yvon

Essai XP500.

 Il fait un temps à rester au chaud devant la cheminée. Limite pluie neige vers 2700 mètres pourtant je prépare le matos pour aller skier. Ma motivation est dictée par Les Noires que je vais essayer à nouveau. Une belle paire d’XP500 qu’Alain m’a prêté.

¼ d’heure plus tard au Lautaret : C’est le déluge ici. Seuls quelques camping-cars sont garés sur le parking. Je me prépare à la hâte sous l’œil étonné de leurs occupants et file dans le vallon de Laurichard.
C’est toujours étonnant les sensations lorsqu’on essaye un nouveau matériel. Dès le départ sur le plat je suis surpris de constater l’amplitude de la foulée. L’articulation collier-coque est très importante ce qui autorise à bien faire glisser le ski en ‘’le poussant’’ loin devant. Je négocie le premier talus face à la pente, l’extrême légèreté de la chaussure incite à conserver le même rythme que sur le plat. Grisant certes mais il faut quand même du souffle.  Dans les conversions on sent à peine le poids sous les pieds. Bref il n’y a pas grand-chose à rajouter, à la montée, les XP500 sont à l’heure actuelle l’arme absolue en ski de rando. Je ne parle pas uniquement pour les compétiteurs ou les férus de chrono mais pour tous skieurs randonneurs à la recherche du plaisir. Pourquoi se priver du meilleur ?


Col de Laurichard 45’ plus tard.
Il pleut toujours.
Je verrouille les chaussures en un tour de main. Pas la peine de taper comme un sourd sur les leviers et de se ruiner les mains comme sur les F1. La simplicité du système facilite grandement la manœuvre.
C’est parti pour la descente. Premiers virages sur une neige de névé facile à skier. Difficile d’apprécier le comportement néanmoins la tenue est meilleure que sur une Scarpa F1. En appuis avant, l’extrême rigidité du carbone autorise des appuis importants la coque ne se déforme pas comme sur la majorité des chaussures légères. On ne devient pas un bon skieur avec les ‘’Gignoux’’ aux pieds mais elles contribuent grandement au plaisir et facilitent la descente.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus actuellement mais apparemment les avis des utilisateurs sont assez concordants et consensuels.
Seul hic au tableau, le prix. Pas à la porté de toutes les bourses malheureusement. Mais à regarder un peu de près, je me demande si ce n’est pas aussi le cas de nos chaussures en plastoc, vendues des centaines d’euros et ne nécessitant pas aujourd’hui une étude et des moyens important pour leur fabrication.
A n’en pas douter, Pierre Gignoux marche dans la trace laissée par Fritz Barthel le génial inventeur des Low Tech.
Le site de Pierre Gignoux
Quelques commentaires

Voir les commentaires

Déluge dans le Lautaret.

26 Mai 2008, 09:28am

Publié par yvon

                                                   Il faut être belge ou hollandais pour faire le Lautaret dans de telles conditions.

Voir les commentaires

J'avais encore jamais vu.

26 Mai 2008, 09:03am

Publié par yvon

                                                                    Des chamois dans le jardin. J'avais encore jamais vu.      

Voir les commentaires

Tour vers Montaud - 21 mai.

21 Mai 2008, 14:30pm

Publié par yvon

Vélo horizontal. 

Je pensais avoir encore un peu de fatigue du week-end dernier mais visiblement la récup a été bonne. La sortie du midi avec Vince s’est bien passée. Bon petit échauffement puis la bosse de Montaud en faisant bien tourner les jambes. Le retour par la piste s’est fait sur un bon rythme. On, a roulé avec un gars en vélo-couché. Nous, taquet à plus de 40 a l’heure, lui tranquille avec son spad. Ça donne vraiment envie d’essayer. Le problème s’est que ça risque de faire un vélo de plus à la maison.

Voir les commentaires

La Vauclusienne - 18 mai.

19 Mai 2008, 10:58am

Publié par yvon

Le Géant

 On pourra dire que malgré le manque de kilomètres notre course s’est plutôt bien passée.
Comme toujours, les premiers kilomètres sont stressants. Il faut trouver sa place dans le peloton et tout le monde veut être devant. Ça remonte sur les côtés et ça descend au milieu. Après quelques kilomètres je réussis enfin à trouver une bonne place vers la 5ème ou 6ème ligne. Nico n’est pas très loin, impec.


Bien vite on arrive à Malaucène et les premières pentes du Ventoux. Chacun essaie de trouver son rythme. Je freine un peu Nico, 18km/h c’est un peu rapide. Sublime décor à partir du Mont Serein, le Ventoux est dans la brume et l’ambiance un peu irréelle. On a bien gérer la montée, maintenant il s’agit de négocier correctement la descente. La route est nickel jusqu’au Chalet Reynard.

Arrivés dans la vallée, on va former un petit groupe bien efficace. Les relais passent bien, la moyenne est élevée. La côte de Saint léger va quelque peu perturber la progression. Nous avons passé le centième kilomètre et le manque d’entrainement commence à se faire sentir. Je sens les crampes pas très loin et lève un peu le pied. Nico commence aussi à être limite. Le groupe s’éloigne. On réussit néanmoins à recoller quelques kilomètres plus tard. Il reste encore 20 bornes et les petites bosses s’enchainent. C’est désormais chacun pour soi. Enfin la ligne d’arrivée est en vue. 4h22’45’’ assez content du résultat. Nico arrive moins de 2 minutes après, ravi lui aussi.

 
Petit bilan chiffré : 
127 km
+ 2570 m
545 partants dont 281 sur Le Géant.
29 km/h de moyenne
1h28 pour la montée du Ventoux 14.5 km/h
Nico : 62ème scratch – 22ème de sa catégorie (pas mal pour ses débuts sur route et ses 500 bornes d’entrainement)
Yvon : 54ème scratch – 10 de sa catégorie.
Les résultats.    

 

Voir les commentaires

Gigondas

19 Mai 2008, 10:54am

Publié par yvon

Raid Ventoux Montmirail.

 Avec Nico nous sommes à Vaison la Romaine. Demain nous faisons la Vauclusienne, une cyclosportive qui passe par le Mont Ventoux. Nous profitons de notre passage dans la région pour aller voir les copains qui ont aujourd’hui fait le trail les Dentelles du Ventoux (57Km + 2800 m). Belle prestation pour eux puisque David gagne et pascal prend la 5ème place (3ème V1). On va pouvoir picoler du Gigondas…

Voir les commentaires

Croix de Chamrousse - 17 mai.

19 Mai 2008, 10:52am

Publié par yvon

Juste pour le fun.

Skier à Chamrousse mi-mai, je n’avais encore jamais fait. De plus il y a zéro portage donc on en profite encore un peu.
Avec Nico on fait tout de même la montée tranquillement pour ne pas trop se griller pour demain.
Retour au Recoin juste avant la pluie.

Voir les commentaires

Pic du Lac Blanc - 12 mai.

12 Mai 2008, 20:00pm

Publié par yvon

Jessebe.

 

C’est Jean-Claude qui m’a donné cette idée de sortie par la combe du Grand Cros. Jean Claude est un ami de longue date. Ensemble nous avons découvert la montagne à l’adolescence. Tout commence à l’école d’escalade de Bourg d’Oisans fin des années 70. Puis rapidement on découvre l’Oisans. Ensemble on va parcourir les classiques des Ecrins pendant une dizaine d’années avant que nos chemins se séparent. Aujourd’hui, même si nous nous voyons plus beaucoup, l’amitié demeure.

La route qui monte au col de Sarenne depuis Clavans est coupée deux kilomètres avant le sommet par une coulée de neige. Ski sur le sac je rejoins le col. L’enneigement commence ici, au début de la combe du Grand Cros. L’itinéraire remonte un joli vallon jusqu’au col de Piédfroid. De ce point on sent un peu plus la présence de l’Alpe d’huez. En effet le glacier de Sarenne – ce qu’il en reste – est suréquipé en remontée mécaniques. Le Pic du Lac Blanc est tout proche et j’atteins rapidement le sommet. J’aperçois deux paires de skis puis leurs propriétaires. C’est Maxime et son collègue. Quelle coïncidence de se retrouver ici ! Ils vont redescendre par le Grand Sablat et me proposent de me joindre à eux mais je préfère descendre par Sarenne pensant skier un peu plus bas. En Fait l’enneigement était à peu près équivalent des deux côtés.

Ce genre de sortie est intéressant lorsque la station est fermée. Sur tout l’itinéraire je n’aurai croisé que cinq personnes faisant quelque peu oublier qu’on se trouve sur le domaine skiable d’une des plus grandes stations de ski de l’isère.



Voir les commentaires

Tour de Puy Golèfre - 11 mai.

12 Mai 2008, 19:57pm

Publié par yvon

Le sentier transformé en ruisseau.

 

La fonte des neiges sur le versant nord de l’Aiguillon transforme le sentier en véritable ruisseau. Perte d’équilibre interdite sous peine de finir les pieds englués dans la boue. Je traverse le hameau de Puy Golèfre désert puis aborde le morceau de choix : la descente sur le Pied du Coin.



                                                                               Arrivée à Puy Golèfre.

Voir les commentaires

1 2 3 > >>