Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
  le blog la-haut

La Verticale du Diable – 27 juillet.

29 Juillet 2013, 17:04pm

Publié par yvon

Comme l’an dernier on risque d’avoir bien chaud pour cette deuxième édition de La Verticale du Diable. Les services de Météo France annoncent une journée caniculaire  (la plus chaude de juillet) et avec un départ fixé à midi, il va falloir faire attention à ne pas se déshydrater.

A 11 heures les 70 coureurs inscrits à la course empruntent la télécabine qui nous redescend à Venosc sur la ligne de départ. Il n’y a pas grand monde à l’échauffement, chacun reste à l’ombre et gère au mieux la chaleur qui nous tombe dessus.

Je retrouve David et Lionel venus eux aussi défier Le Diable.

A midi précise nous sommes tous réunis sur la ligne de départ et quelques minutes plus tard la troupe s’élance.

Rapidement le peloton s’étire. Devant Mathéo impose son rythme. Il n’aura pas d’opposition aujourd’hui.

La Verticale du Diable – 27 juillet.

Je n’ai pas de très bonnes sensations et après 200 mètres de course je me demande ce que je fais là. Pas très bon comme entame de course mais, je sais que sur ce type de parcours tout peu changer rapidement. D’ailleurs lorsque je regarde mon chrono en arrivant au 2 Alpes (700 m), mon temps est le même que celui de l’an dernier. Ça me remonte le moral et je négocie correctement les quelques hectomètres de plat qui suivent.

On entre dans le vif du sujet : La montée sur la piste du Diable. 800 mètres de déniv ‘’dré dans l’pentu’’ sans le moindre sentier. J’ai à présent trouvé mon rythme de croisière, je me sens bien et je suis surpris de voir Lionel pas très loin devant moi. Je m’efforce tout de même de ne pas laisser de place à l’euphorie car le chemin est encore long.

Un peu avant le sommet du Diable la pente devient légèrement moins raide. Je lève le pied en pensant aux 400 derniers mètres.

La Verticale du Diable – 27 juillet.
La Verticale du Diable – 27 juillet.

Lionel est toujours dans ma ligne de mire mais les mètres qui me séparent de lui ne sont pas faciles à grappiller.

Le sommet du télésiège est en vue. Plus que 50 mètres pour arriver au sommet de Tête Moute qui marque la fin de cette Verticale du Diable.

J’arrive tout de même bien cassé et il me faut quelques minutes pour reprendre mon souffle. Le jeu en valait la chandelle car je gagne près de 6’30’’ par rapport à l’an dernier.

Il ne reste plus qu’à rejoindre tranquillement le télé du Jandri pour un retour rapide – ou pas- aux 2 Alpes.

 

La Verticale du Diable – 27 juillet.

Commenter cet article